Vision de l'aigle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1302 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Clément Lasselin 2ndeMPS
Steevy Eboo 07/01/2011
Matthieu Morency

La vision de l’Aigle Royal

Sommaire :

I. Introduction : Un prédateur redoutable…………….…..page 3

II. L’œil de l’aigle et sa morphologie……………...……..page 4

III. L’acuité visuelle : explication de cette morphologie spécifique

a. Une zone fovéalechangeante selon l’aigle et l’homme,

ainsi qu’une double fovéa…………….…..………. page 8

b. Le peigne…………………………………………...page 11

c. Boules polychromatiques : la perception de lumières………………………………………….....page 12

IV. Conclusion…………………………………………..page 14

V. Bibliographie……………………………………….page 15Introduction : Un prédateur redoutable

Sur les plateaux d’Eurasie, dans quelques régions du Maghreb ou bien en Amérique du Nord, on peut parfois percevoir une ombre planer au dessus de sa tête, déployant ses ailes à la recherche d’une proie quelconque, dans toute sa majestueuse silhouette. Semblable au roi des cieux, et pour cela défini comme un dieu par bon nombre de civilisations antiques, l’aigleroyal, est un des plus beaux si ce n’est le plus beau, des grands rapaces diurnes (les rapaces chassant de jour).

N’ayant pas d’odorat, comme pour la plupart des aigles, la perception de l’aigle royal passe par l’utilisation d’un système optique d’une étonnante efficacité. Les caractéristiques anatomiques de son œil, qui vous seront expliquer plus bas, lui permettent de posséder une vueremarquable, favorable au mode de vie de prédation de cet animal : en effet, sa rapidité de vol impressionnante rend obligatoire la rapidité de leur perception.

II. L’œil de l’aigle et sa morphologie

Chez l’aigle, les yeux sont disposés de chaque côté de la tête, comme la plupart des oiseaux, lui offrant un champ visuel étendu, jusqu’à 270° dans certains cas (contrairement à 180° chezl’homme), et sont aussi gros que ceux d’un cheval !

L’intérieur de l’œil est presque semblable au notre : néanmoins, il possède des organes inexistants chez l’homme, ou bien de nombre et de formes différentes :

Comme le peigne et les boules polychromatiques (non présents chez l’homme), des photorécepteurs au nombre de 1 000 000 par mm², alors que l’homme n’en contient que 160 000 par mm² (on calculealors en faisant 1 000 000/160 000 que le facteur d’agrandissement de cette densité est d’environ 6), présent dans les deux fovéas (en effet l’aigle possède une double fovéa non présente sur le shéma).

La cornée et l’iris, très développés chez l’aigle,  prennent une place importante dans le processus d’accommodation : Tout d’abord,  la cornée présente un angle d’ouverture d’environ 85° et peuten outre, par modification de sa courbure, aboutir à une accommodation très précise ; d’autre part, l’iris qui présente une coloration jaune-orangé, est supposé jouer un rôle dans cette accommodation.

Chassant de petits mammifères à haute altitude, l’aigle peut ainsi discerner un objet de 15 cm à 1500 m de hauteur !

L'aigle dispose d'un système optique d'agrandissement extraordinaire. Sonœil est gros et profond, de forme presque tubulaire, ainsi l'image qui se projette sur sa rétine est naturellement agrandie, exactement comme lorsque l'on recule un projecteur de l'écran.

Mais ce grossissement de la vue n'est efficace que lorsque la luminosité est élevée, car la grande profondeur de l'œil assombrit l'image.

III. L’acuité visuelle : explication de cette morphologie spécifique| | |

L’acuité visuelle angulaire (le type d’acuité la plus connue et la plus couramment utilisée) permet de mesurer le pouvoir séparateur de la vision. : Elle mesure le plus petit écart permettant de voir deux points noirs séparés...
tracking img