Voix et psychanalyse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4243 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Christian JEANCLAUDE, psychanalyste.

Des études interculturelles montrent une extrême diversité sémiotique de la voix. Par exemple, la voix de fausset est rarement utilisée, chez l'homme, en Europe, car l'interprétation en est péjorative ; en Afrique du Nord, son usage est plus fréquent. Aux Indes, contrairement à notre code européen, le timbre aigu (alto) exprime la tristesse et le timbregrave exprime la beauté. Des études psychologiques établissent des relations évidentes entre la voix et l’émotion, mais ne permettent guère de faire une typologie claire entre des éléments vocaux et des émotions fondamentales. Ainsi, cette extrême variabilité de la voix quant à sa signification, tant du point de vue culturel qu'individuel, démontre sa dimension psychique.

Le décor
La phonationrenvoie au langage articulé, au verbe et à la voix. La psychanalyse est connue comme s'intéressant au verbe en tant que traces intelligibles des associations libres de l'analysant en séance, comme manifestations conscientes de l'inconscient. Ainsi, de ce point de vue, le mot est la clef d’accès aux désirs, défenses, formations de l'inconscient. Le mot (préconscient), représentant de la pulsion, estdéformé par rapport à sa source, et sa « lecture » analytique dans le sens d'une causalité inconsciente est nécessairement plus ou moins aléatoire ; comporte une part d'interprétation. Finalement, le mot n'est pas le mode d'accès privilégié à l'inconscient, même s’il est le médiateur indispensable et le seul véritablement intelligible de toute investigation analytique. L'affect est le révélateurprimordial du revécu infantile sans lequel la verbalisation a peu de pertinence analytique. Le psychanalyste est à l’écoute de ces hiatus affect/mot qui révèlent en quelque sorte la force du refoulement, ce que Sartre aurait nommé la mauvaise foi. Et tout le corpus analytique désigne du doigt cette division, cette impossibilité pour l’humain de traduire réellement ses tendances inconscientes par laparole articulée. Nous sommes tous un peu « autistes », recelant une part d’innommable (un vécu vide de sens) souvent angoissante. La voix (comme le regard par exemple), parce participant entièrement du corps, peut être un indicateur de cette part d’innommable. Au cours d’une psychanalyse, une remémoration verbale distante de l'affect lié au vécu pulsionnel infantile n'est pas assimilable à unrevécu. Une telle parole désincarnée ne présente aucun intérêt pour dénouer des fantasmes inconscients toxiques, ne permet pas de placer des repères pour évoluer et trahit une résistance du sujet à prendre en compte des désirs qui lui paraissent insupportables. Le transfert est d'abord affectif et la répétition des vécus infantiles au sein de la relation analytique en passe par l'affect. Nachtparlait de « passion du transfert » et Freud de « la bonne température d'ébullition du transfert ». Il est rare que le mot exprime l'affect que le sujet est en train de vivre, sinon en fin d'analyse (et c'est dans ce cas un critère de fin d'analyse). Les indices de la réalité psychique vécue s'expriment plutôt par la périphérie du mot, soit le silence, la loghorrée, la motricité, et ce qui nousintéresse ici, à savoir la voix. La voix est en quelque sorte « l'indicateur de pertinence » du mot. Le mot, lorsqu'il sert à traduire la réalité du vécu interne d'un sujet (car le plus souvent le mot trahi ce vécu soutenu par des pensées défensives), est toujours en approximation de ce vécu. A l'instar du désir qui s'alimente en creux du manque, le mot, médiateur de la pensée, s'alimente en creux de sonincapacité à traduire le vécu. Mot meurtrier de la chose (Lacan), mot à distance de l'inconscient (préconscient = mise en mot de l'inconscient [Freud]), le mot rabote, rapetisse, édulcore le vécu fondamentalement innommable1.

Particularités physiques de la voix
Il peut être intéressant de définir quelques caractéristiques physiques de la voix. En effet, on peut penser que ses composants...
tracking img