Voltaire-candide-chapitre2-la guerre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1298 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
DOCUMENT 11 : Candide, Voltaire (1759) ~ Chapitre 3
« Rien n’était si beau […] et de jambes coupées. »

Remarques préliminaires
→ La guerre est une préoccupation permanente dans les écrits de Voltaire. Il fait de la guerre la première expérience vécue par son héros dès qu’il a quitté le château protégé.
→ Dans Candide, la guerre est un thème récurrent.
→ Information de Voltaire s’estconstituée à travers ses recherches d’historien qui l’ont amené à formuler cette condition désabusée dans les derniers mots :
« presque toute l’histoire est une suite d’atrocités inutiles » Essai sur les mœurs

En quoi ce texte est-il représentatif des philosophes des Lumières ?

1) Condamnation de la guerre
2) Condamnation de la philosophie optimiste
3) Recours à l’ironie

En quoi l’étude desregistres vise-t-elle à développer les critiques de Voltaire ?

1) Parodie de la fête → registre ironique
2) Indignation → registre pathétique (atrocités de la guerre)
3) Satire de la philosophie

➢ Le registre parodique constitue une partie du texte : « Rien n’était si beau […] boucherie héroïque ».
➢ « Tandis que les rois […] jambes coupées. » : Registre pathétique
➢ Dans tout le texte: satire de la philosophie de Pangloss de façon disparate.

I- Ironie au service de la parodie du spectacle
→ consiste à parodier le spectacle de la guerre
→ deux points de vue se superposent : le regard de Candide et le regard de l’auteur
→ La guerre est présentée comme une vraie fête pour les yeux et pour les oreilles. C’est à travers l’hyperbole de la louange, l’exagération de l’éloge, quele lecteur sent bien qu’il doit lire ce texte au deuxième degré et que l’éloge n’est qu’apparent.

a) Point de vue de Candide
Une ambiance de fête se dégage. Candide passe en revue les troupes : « si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné ». Elles sont évoquées comme le déploiement d’un ballet, d’une danse collective, comme au théâtre. La phrase est énumérative, le rythme dansant parl’adverbe « si » qui évoque l’admiration. Cette première phrase donne une impression de défilé majestueux.
Le plaisir n’est pas seulement visuel mais également auditif : une symphonie orchestrale se fait entendre : « trompettes, fifres, hautbois, tambour » = « harmonie » musicale.
⇒ joie, enthousiasme, brio, quelque chose de positif
Mais ce regard candide est dissimulé par la deuxième phrase qui setermine par « canon » = chute brutale et « enfer » ≠ paradis. Ces indices sont discordants, le point de vue de Voltaire s’immisce dans celui de Candide.

b) Le combat, l’éloge apparente
Il y a des figures successives, une organisation, une harmonie du mouvement : « d’abord », « ensuite », « aussi » : ordre protocolaire des opérations.
Une gradation ascendante apparaît : « canon », «mousqueterie », « baïonnette » → de la grosse arme au corps à corps
La réalisation de cette guerre se fait selon un mécanisme de massacre parfaitement rôdé. Les règles de l’art son respectées, c’est un chef-d’œuvre d’art et d’efficacité. Une sorte de bien-être du massacre est dénoncé.

c) Dénonciation
L’hyperbole quantitative relève de l’ironie car le narrateur fait semblant de croire que cen’est pas grave, qu’il prend cela à la légère, sans importance. L’approximation globale est très large. Le propos est déshumanisé, « le tout » est le point culminant qui désigne des espèces en vrac. Le narrateur fait semblant de trouver cela positif : les roturiers « coquins » disparaissent.
« boucherie héroïque » est une oxymore. Il montre le dédain pour la matière humaine, mais c’est en réalité uneantiphrase. « boucherie » est le mot le plus important : l’oxymore vient contredire l’éloge apparent, ce n’est qu’une véritable boucherie.

II- L’indignation, la mise en place du pathétique
Cette partie marque un contraste avec la première partie qui est toute en mouvement et qui évoque l’armée et le combat. La deuxième partie montre les conséquences de la guerre, le tableau est statique....
tracking img