Voltaire eldorado

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (492 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Voltaire: Candide ou l'optimisme (1759)
« La religion au pays d'Eldorado»
Candide, en visite chez un sage vieillard du pays d'Eldorado, l'interroge par l'entremise de Cacambo sur la religiond'Eldorado.

3....

La conversation fut longue ; elle roula sur la fonne du gouvernement, sur les mœurs, sur les femmes, sur les spectacles publics, sur les arts. Enfin Candide, qui avait toujours dugoût pour la métaphysique, fit demander par Cacambo si dans le pays il y avait une religion.

1-

Le vieillard rougit un peu. « Comment donc, dit-il, en pouvez-vous douter? Est-ce que vous nousprenez pour des ingrats? » Cacambo demanda humblement quelle était la religion d'Eldorado. Le vieillard rougit encore. « Est-ce qu'il peut y avoir deux religions? dit-il; nous avons, je crois, la religionde tout le monde: nous adorons Dieu du soir jusqu'au matin. - Nadorez-vous qu'un seul Dieu? dit Cacambo, qui servait toujours d'interprète aux doutes de Candide. - Apparemment, dit le vieillard, qu'iln'yen a ni deux, ni trois, ni quatre. Je vous avoue que les 11.. gens de votre monde font des questions bien singulières. » Candide ne se lassait pas de faire interroger ce bon vieillard; il voulutsavoir comment on priait Dieu dans l'Eldorado. « Nous ne le prions point, dit le bon et respectable sage; nous n'avons rien à lui demander; il nous a donné tout ce qu'il nous faut; nous le remercionssans cesse. » Candide eut la curiosité de voir 1);: des prêtres; il fit demander où ils étaient. Lebon vieillard sourit. « Mes amis, dit-il, nous sommes tous prêtres; le roi et tous les chefs defamille chantent des cantiques d'actions de grâces solennellement tous les matins; et cinq ou six mille musiciens les accompagnent.

- Quoi! vous n'avez point de moines qui enseignent, qui disputent, quigouvernent, qui ~_ cabalent, et qui font brûler les gens qui ne sont pas de leur avis? - Il faudrait que nous fussions fous, dit le vieillard; nous sommes tous ici du même avis, et nous n'entendons...
tracking img