Voltaire et rousseau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 41 (10237 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
C’est la faute à
VOLTAIRE –ROUSSEAU !
Distribution 2003-2004
Sous l’égide des Goulus, ex-obsessionnels.
Ecriture Jean-François Prévant, adaptation Sébastien Faure.
Mise en scène : Samuel Mathieu
Costume : Céline Sarpy, Bénédicte Ducatel, Claire Belloc
Voltaire : Sébastien Faure
Rousseau : François Nicolas

Premier Mouvement (valeur improvisée)

Un professeurde Lettres : (accueil public) Bonjour à toutes et à tous. Aujourd’hui (le jour et le lieu…) Je vous propose une petite bascule «spatio-temporelle», quelques 240, 241, 42… 47 , quelques 240 ans (il doute). Dans tous les cas, en 1765… ou 63, ou 61… vers Mille sept cent soixante, quoi. Enfin, je vous propose de nous projeter dans un petit village, à la frontière franco-suisse. Un petit village,disons une bourgade, oui, où Monsieur de Voltaire vient d’acquérir, depuis quelques temps, une nouvelle propriété. D’ailleurs, écoutons-le, il répète actuellement la conférence, le Salon, qu’il doit tenir demain soir et… (il parle de plus en plus bas, s’efface, tandis que Voltaire entre, une bougie à la main)

VOLTAIRE : René ? René !... (il tousse)… Mesdames, Mademoiselle, Mesdemoiselles,Messieurs, l’op…, l’optimi…. Mais où se cache-t-il, ce maraud ? (en allumant quelques bougies) L’optimisme !... Ah, oui… René ? (apercevant un portrait voilé dans la pièce) Tiens, on a livré mon nouveau David. René venez m’aider (le dévoilant) (…) (on frappe) Entrez ! (il ne reconnaît pas René, interroge du regard, - sympathique parce qu’il est heureux de sa ressemblance avec le portrait. Rousseau, quivient d’entrer, lui tend, malhabile, un bouquet de fleur. )

Second Mouvement

VOLTAIRE : (pour détendre le visiteur) ... Très jolies fleurs...Laissez-les vers l’entrée. Cela décorera pour demain… (mais Rousseau ne bouge pas. Voltaire ne le connais pas physiquement) Je vous remercie... beaucoup
ROUSSEAU : (du public) C'est à moi, Monsieur, à vous remercier !... En vous offrant le fruitde mes tristes promenades, je ne prétends pas vous faire un présent digne de vous mais vous rendre l'hommage que nous vous devons tous comme à notre chef !... Sensible à l'honneur que vous faites à ma patrie en venant demeurer chez nous à Genève, je partage la reconnaissance de mes concitoyens... Vos deux derniers poèmes, Monsieur, me sont parvenus jusque dans ma solitude, et quoique tous mes amisconnaissent l'amour que j'ai pour vos écrits... Je ne vois pas bien qui a pu me faire ce présent... À moins que ce ne soit vous. Aussi je crois devoir vous remercier à la fois des exemplaires et de l'ouvrage... J'y ai trouvé à la fois le plaisir et l'instruction et j'ai bien reconnu la main du maître... Je ne vous dirai pas que tous m'en paraisse également bon. Tous mes griefs sont contre votrepoème sur le désastre de Lisbonne. Parce qu'un tremblement de terre a détruit quelques palais et tué quelques milliers de Portugais, vous concluez que la Providence est méchante ou stupide. Et que Dieu peut-être même n'existe pas. Hum !... Voilà ! Vous disputez donc sur l'existence de Dieu. C’est-à-dire que vous faites dépendre Dieu de nous ?... Est-ce bien raisonnable ?... Cependant avec maintsexemples à l'appui, vous prouvez, vous prouvez, et devant tant de brillance je ne puis que m'incliner. Pourtant malgré toute la justesse de votre démonstration, je sais que vous avez tort et je SENS que Dieu existe.
VOLTAIRE : Tout ce que je puis dire, c'est qu'avec ce tremblement de terre et ses milliers de morts, la Providence en a pris dans le cul !
ROUSSEAU : Je ne puis m'empêcher,Monsieur, de remarquer une étrange opposition entre vous et moi : vous vivez libre, riche et rassasié de gloire. Pourtant vous trouvez que tout va mal sur terre. Et moi, homme obscur, pauvre et tourmenté d'un mal sans remède, je médite avec plaisir dans ma retraite et je trouve que tout est bien. D'où vient cette contradiction ?... Vous jouissez. Vous jouissez et moi j'espère. J'ai trop souffert en...
tracking img