Voltaire, rousseau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (285 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le groupement de texte

Ce n’est que pendant la première moitié du 18ème siècle que l’optimisme des lumières est sans nuances. On voit très vite les philosophesse mettre à douter. En 1759, Voltaire est moins enthousiaste en écrivant Candide. Rousseau remet le progrès en question en 1750 lors d’une réponse à un concours. Ilconteste les idées des ses collègues et explique que les hommes, en évoluant, on perdu leurs qualités. Il est issu d’une famille modeste.
Thèse de Rousseau :l’homme est bon par nature, c’est la société qui le corrompt.
Extrait le plus connus du discours sur les sciences et les arts est la « prosopopée (paroles, discoursprononcé d’une personne morte ou on fait parler un être inanimé ou qui ne peut pas parler) de Fabricius ».
Texte 1 : Prosopopée de Fabricius en 1750, Rousseau
Cetexte est fondé sur l’analyse d’un exemple : Rome. Rome a eu un passé glorieux avant l’intervention des « savants » (théâtre, littérature, art…) ils ont été pervertis,on voit là la décadence des romains, ils ont perdu leur virilité…
Par induction il en déduit une loi : L’heureuse ignorance et la sagesse éternelle nous avaitplacé. Il revient sur cette raison biblique : Dieu a eu raison d’interdire le savoir aux hommes, ce texte est le contraire à celui du Mondain. La science est présentéeici comme une arme dangereuse. La difficulté d’apprendre lui semble être une bénédiction car il y en a au moins qui peuvent rester heureux.
Texte 2 : Supplément auvoyage de Bougainville, Diderot.
Bougainville est un navigateur, il revient avec un récit de Voyage (à Tahiti), Diderot est fasciné et y apporte un supplément.
tracking img