Voyage au bot de la nuit. fin

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (363 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 avril 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
p 500-501 de "Là-bas tout au loin, c'était la mer" jusqu'à "La fièvre après tout"

Robinson a été tué par Madelon. Il était apparu très vite dans le roman, dès l'épisode de la guerre. Puis demanière assez peu réaliste Bl'a croisé à nouveau en Afrique et en Amérique, retrouvé à Rancy, rejoint à Toulouse et enfin abrité à Vigny dans l'asile dont il est le directeur. On peut voir en R le doublede B dans la mesure où les deux personnagessuivent des itinéraires parallèles, mais R, lui, est allé jusqu'au "bout de la nuit", en bravant sa mort. Après avoir assisté à son agonie, Bardamu a suivile corps qu’on emportait au poste de police, et s'est éclipsé pours’isoler au bord de la Seine. Ce passage propose son monologue intérieur. La mort de Robinson signe aussi la fin des aventures de B.C'est le début de l'épilogue du roman. Nous verrons que cet extrait propose un bilan de lavie de B, qui fait le constat d'un échec en comparant son destin à celui de Robinson. Puis nous montreronsque dans une envolée lyrique, B s’abandonne à une rêverie héroïque subvertie par le burlesque.

I LE BILAN DESESPERED’UNE VIE

1) La fin d'un périple

La première phrase, en évoquant le large,paraît offrir une ouverture et traduire un appel au voyage : Là-bas tout au loin, c’était la mer. La mer est traditionnellement associée audépart, à l'aventure, à l'attrait de l'ailleurs. Mais cet élanest tout de suite démenti : la deuxième phrase commence par la conjonction mais et B affirme son désintérêt pour la mer dorénavant ( plus rien (…) à présent ),et la fin du désir de voyage dont onl’a vu tenaillé pendant la majeure partie du roman. Après deux traversées, vers l'Afrique d’abord, avec l'horrible épisode de l'Amiral Bragueton, puis vers l'Amérique, périple au coursduquel B sereprésente en galérien, la narrateur déclare que c’est bien fini. Ces voyages l'ont entraîné vers deux sortes d'enfers différents. On comprend donc pourquoi il n'a plus rien à imaginer (…) sur...
tracking img