Voyage au bout de la nuit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4927 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Céline
Dossier N°09 réservé aux souscripteurs

--------------------------------------------------------------------------------
Voyage au bout de la nuit
(intérêt de l'action)


pagination du livre de poche

Analyse sur Intérêt de l'action

Originalité : La parution, en 1932, de ‘’Voyage au bout de la nuit’’, publié par un médecin de banlieue pauvre, qui s’habillait chez lesfripiers, fut « le plus saisissant coup de théâtre littéraire de l'entre-deux-guerres », fut considérée comme un phénomène sans rapport avec aucun livre antérieur, violant délibérément les règles du jeu littéraire, en provoquant un véritable chaos dans les opinions : il fut qualifié par les uns d'ordure, par les autres de chef-d'œuvre, par les uns de bouffonnerie, par les autres de sombre tragédie,partageant la droite comme la gauche. Mais, pour le lecteur d'aujourd'hui, il a beaucoup perdu de sa force scandaleuse, il a vieilli comme tous les chefs-d'œuvre, et il peut s'imposer comme un classique, on peut même le rattacher à une tradition.
A l'époque, il a semblé appartenir à la littérature populiste et Céline a aussi prétendu avoir voulu profiter de son succès (comme celui de ‘’Hôtel duNord’’ d’Eugène Dabit). Le populisme continuait le naturalisme et on a tenté de rapprocher de Zola un Céline qui a, d'ailleurs, en 1934, prononcé un éloge de l'auteur des ‘’Rougon-Macquart’’. Mais, si Zola juge le fait social sévèrement et avec un sérieux imperturbable et candide, il l'accepte, tandis que Céline le rejette avec véhémence et avec une gaieté sarcastique que fausse une secrète amertume.Et il n'a pas pour le peuple l'attention bienveillante et la perspective politique souvent socialiste des auteurs populistes. D'autre part, les naturalistes et les populistes cherchaient à donner au lecteur l'illusion la plus parfaite de la vie par fidélité à l'expérience la plus largement partagée, tandis que Céline veut surtout doter la littérature française de ce qui lui manque : le comiquelibérateur et le fantastique qui peut naître de l'évocation de la réalité sociale. Surtout, l'utilisation de la langue populaire, la création d'un style novateur, le distinguent de tout ce qui précède.
On peut aussi faire relever ‘’Voyage au bout de la nuit ‘’ de la littérature de l'aveu, le point de vue étant subjectif, le narrateur étant le personnage qui, dès la première page, se déclare biendécidé, selon la tradition de l'autobiographie, des mémoires, des confessions (« me confesser [...] faire mon petit Jean-Jacques » [page 214]) : allusion à Jean-Jacques Rousseau, auteur de ‘’Confessions’’), à tout dire, à ne rien garder pour lui, à se vider le cœur. Et on a su, dès la publication, l'éditeur s'étant empressé de l'indiquer, que le personnage est l'auteur lui-même. Ce cri de désespoir,de révolte, de haine, est en fait un témoignage ; l'histoire de Ferdinand Bardamu repose, étape par étape, sur l'expérience de Louis-Ferdinand Destouches, qui avait signé son roman du nom de sa mère, Céline.
Il avait déjà raconté les aventures de Bardamu en Afrique, à New York, ailleurs encore, et dans la banlieue parisienne, dans une pièce de théâtre intitulée ‘’L'Église’’. On découvre aussi,en étudiant la genèse du ‘’Voyage’’, que Céline avait d'abord eu l'idée de raconter cette histoire à la première personne et qu'elle commençait déjà par la guerre.
Mais le témoignage s'est transformé, allongé, le livre est devenu une somme qui donne l'impression que Céline veut dire en une fois tout ce qu'il a à dire.

Déroulement : Le récit de ‘’Voyage au bout de la nuit’’ est constitué d'unesorte d'enfilade d'événements dont le seul lien est Bardamu. Ces événements ne tendent pas dans une direction déterminée, par un destin, par exemple, mais surviennent comme la vie s'écoule.

LA GUERRE, LE FRONT
Chapitre 1, page 7 : dialogue avec Arthur Ganate ; l'engagement.
Chapitre 2, page 11 : avec le colonel au milieu de la route ; la Mort ; la distribution de viande.
Chapitre 3,...
tracking img