Voyage au bout de la nuit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (681 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mai 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
 Voyage au bout de la nuit est un roman écrit par Louis Ferdinand Céline, Il raconte l’histoire de bardamu, homme s’engageant dans l’armée durant la 1er guerre mondiale, qui connut beaucoupd’horreur dans sa vie et finit docteur dans les banlieues parisiennes. L’extrait se passe avant la fin du roman et il raconte en quelque sorte sa vie si médiocrement réussis.
La question qu’on pourrait ainsiposer est donc comment l’auteur nous montre que Bardamu a vécu tristement ? Dans un premier temps, il faudra étudier que ce narrateur à eu une vie assez complexe et dur, ensuite son lien avec son« double maudit » et enfin en quoi l’auteur nous fais montrer un héros pas commun.

I) Bardamu, une vie difficile et pleine de souffrance
Bardamu a eu une existence particulièrement mouvementé, eneffet, il a été blessé, cela peut amener beaucoup de frustrations en lui. L’extrait est un monologue, c’est un registre lyrique, il exprime ses sentiments de souffrance assez implicitement, « c’étaientcomme des petites bougies pas fières et clignoteuses à trembler toute la vie », est une comparaison à sa vie assez « raté ». Les points d’exclamation expriment aussi des sentiments violents etrenforce sa lassitude.
Il exprime sa vie médiocrement réussi dans un registre familier en faisant des constructions originales comme des inversions, « j’avais même pas été aussi loin » ou « que jeparvienne jamais moi ». De plus, il nous fait part de sa vision pessimiste du monde, il y a certain doute en lui, « je revenais sur moi-même » ou bien « le monde était refermé ! Au bout qu’on était arrivénous autres ! » En revenant au contexte de l’histoire, Bardamu vit uniquement ou presque, dans cette extrait, pour rivaliser avec le parcours de son ami Robinson.

II) Le lien Bardamu-Robinson,différents parcours.
Dans sa vie, Bardamu a rencontré plusieurs fois Robinson, à un certain moment, il se compare à lui. Il y a une certaine ironie dans « enfin c'était pas à envisager que je...
tracking img