Voyage au bout de la nuit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4285 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Envoyé par Vanessa.

VOYAGE AU BOUT DE LA NUIT, CELINE

Levi-Srauss : « une narration si serrée et continue qu’on la figurerait écrite en un seul paragraphe »

1. Roman picaresque :

Points communs :

- ordre chronologique linéaire
- discontinuité des aventures, indépendantes les unes des autres
- discontinuité de l’espace et du temps
- le « héros » est toujours enfuite
- pas de réelle intrigue, il n’y a que des circonstances : tout est sous le signe du hasard . La vie n’est pas soumise à un destin

Différences :

- le Voyage n’est pas un roman d’apprentissage : l’expérience est nulle, il n’y a pas d’évolution du personnage : il n’apprend rien qui n’ait été révélé d’un seul coup pendant la guerre, l’expérience fondamentale originelle.
-Fausse structure linéaire: structure en cercle : où qu’il aille, il retrouve toujours la même chose. Retour de la Place de Clichy : lieu de rencontre initiale et destination finale.

2. Structure

• Schéma d’ensemble

- 1ère partie : Les années d’errance
La guerre ( l’Héroïsme
L’Afrique ( l’Aventure
L’Amérique ( la Fortune
Chacune de ces expériences se solde parun échec.

Fin : Adieux à Molly

- 2ème partie plus statique
Isolement de + en + grand : Rancy, Toulouse, Vigny sur seine

Fin : Assassinat de Robinson par sa femme.

Les deux fins : échec de l’amour, les deux hommes s’enfuient. Ils cherchent à échapper à l’amour bourgeois. Même conception de la femme qui apparaît beaucoup plus aliénée que l’homme : elle accepte plusfacilement les valeurs sociales.

• Composition profonde

Cette organisation ne rend pas compte de l’unité profonde du roman. Les commentateurs distinguent :
- 3 ensembles statiques : la guerre, Rancy, Vigny
- Entre ces 3 moments d’immobilisme et d’impuissance où il se laisse porter par les événements, s’intercalent 4 voyages où il tente d’agir et qui se soldent tous par unéchec : Afrique, Amérique, Paris, Toulouse.

La Garenne-Rancy
2 voyages : Afrique 2 voyages : Paris
Amérique Toulouse

La Guerre Vigny

Le roman combine une structure binaire (2 voyages) dans une structure ternaire.
Cette structure en forme d’arche est à mettre en relation avec le titre du livre« voyage » :
- en tant que bateau : l’Arche renvoie au mythe du Déluge et de la régénérescence où le héros tente vainement d’aller vers un ailleurs. Le seul bateau possible : les mots et non plus les actes.
- En tant que pont : l’Arche signifie la stabilité au milieu du flux général du temps
« la littérature, c’est de la mort »

3. L’univers

• Le Temps

Quelques détailschronologiques, mais pas de véritable datation des événements : plus le roman progresse, moins les repères chronologiques sont précis. Le lecteur voit se diluer devant lui toute perception précise du temps.
Ce qui domine, c’est beaucoup plus le temps de la narration que le temps de l’histoire. Le passé vécu pèse sur le présent (la guerre, expérience originelle va influencer toutes les autresexpériences). La narration se déroule dans un présent continuel. Préfigure Beckett : le roman est le temps de la parole.

• L’Espace

- Opposition NORD / SUD

Le Sud : l’Afrique : décomposition, pourrissement, climat destructeur.

Le Nord : la conservation, la paix : un pôle d’espoir
L’Angleterre : presque un lieu de l’au-delà pour Bardamu : présence de forces irrationnelles- Opposition VILLE / CAMPAGNE

La campagne : « je l’ai toujours trouvée triste » : campagne inhumaine, inquiétante.
L’Afrique : un espace de campagne paroxystique, une nature qui détruit l’homme. Le processus de la mort est à l’œuvre dans la nature : celle-ci tend à l’homme le miroir de sa propre mort.
La ville : opposition entre villes horizontales (Paris, rassurante et accueillante)...
tracking img