Voyage au bout de la nuit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (539 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Extraits de l’œuvre Voyage au bout de la nuit de Louis Ferdinand Céline

Page 8 : « L’amour c’est l’infini mis à la portée des caniches et j’ai ma dignité moi ! »

Page 60 : « La meilleur choseà faire, n’est-ce pas, quand on est dans ce monde, c’est d’en sortir ? Fou ou pas, peur ou pas. »

Page 78 : « L’amour c’est comme l’alcool, plus on est impuissant et soûl et plus on se croit fortet malin, et sûr de ses droits. »

Page 78 : « Après tout, pourquoi il n’y aurait-il pas autant d’art possible dans la laideur que dans la beauté ? C’est un genre à cultiver voilà tout. »

Page160 : « Ça serait pourtant pas si bête si il y aurait quelque chose pour distinguer les bons des méchants. »

Page 171 : « La poésie des tropiques me dégoutait. Mon regard, ma pensée sur cesensembles me revenait comme du thon. On aura beau dire, ça sera toujours un pays pour les moustiques et les panthères. Chacun sa place. »

Page 175 : « Certainement, je devais tenir cette terreur de mamère qui m’avait contaminé avec sa tradition : « On vole un œuf… Et puis un bœuf, et puis on finit par assassiner sa propre mère. »

Page 199 : « Alors c’est le vrai désespoir. Ce qui est pire c’estqu’on se demande comment le lendemain on trouvera assez de force pour continuer à faire ce qu’on a fait la veille et depuis déjà trop longtemps, où on trouvera la force pour ces démarches imbéciles, cesmilles projets qui n’aboutissent à rien, ces tentatives pour sortir de l’accablante nécessité, tentative qui toujours avortent, et toute pour aller se convaincre une fois de plus que le destin estinsurmontable, qu’il faut retomber au bas de la muraille, chaque soir, sous l’angoisse de ce lendemain, toujours plus précaire, plus sordide. »
P 2OO : « Et où aller dehors, je vous le demande, dès qu’ona plus en soi la somme suffisante de délire ? La vérité, c’est une agonie qui n’en finit pas. La vérité de ce monde c’est la mort. Il faut choisir, mourir ou mentir. Je n’ai jamais pu me tuer...
tracking img