Voyage en grande bourgeoisie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1014 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Comte Fanny
M. et M. Pinçon, « Voyage en grande Bourgeoisie. Journal d’enquête. »
Michel Pinçon et son épouse Monique Pinçon-Charlot sont deux sociologues français, travaillant au sein du CNRS ( centre national de la recherche scientifique). Ils travaillent le plus souvent en collaboration, et notamment pour la co-écriture de leur œuvre « Voyage en grande Bourgeoisie. Journal d’enquête. »dans laquelle ils s’attachent à la description du mode de vie de la classe sociale supérieure, qu’ils décrivent comme étant extrêmement fermée. Ils expliquent à travers cet ouvrage comment la pratique de l’observation, de l’entretien et de l’écriture sont particulièrement difficile dans cet univers là, dans la mesure où l’interviewé, d’une part, est en position dominante et d’autre part qu’il saitmaitriser son expression pour ne pas trahir son affectivité et par conséquent fait preuve d’une certaine réserve qui fait s’éloigner ses propos de la réalité. Les auteurs font alors part de la technique et des conditions spécifiques que doit avoir l’entretien de ce milieu qu’est la grande bourgeoisie et articulent leur thèse selon quatre points principaux.
D’une part, selon eux, la spécificité del’entretien avec des personnes de la classe dominante relève de la position inversée qu’a le sociologue envers la personne interrogée. L’accumulation exceptionnelle de capitaux économiques, sociales, culturels des bourgeois place automatiquement l’interviewé dans une position sociale supérieure à celle de l’intervieweur : le sociologue est mis dans une position dominée même si la personne en facede lui n’a pas pour but d’exercer sur lui à quelconque rapport de domination, car les capitaux s’imposent d’eux-même. L’auteur explique que « bien qu’ils s’en défendent, ces agents sociaux, qui doivent l’essentiel de leur position à leur naissance, se situent au dessus de la valeur personnelle, puisque la valeur sociale est d’abord celle de leur famille et de leur groupe ». Cela rend la positionsociale du bourgeois irréductible à la position occupée dans le système de production. De plus, le monde bourgeois se présente comme un milieu fermé aux autres catégories sociales, un monde où chacun doit se connaître et se reconnaître, car avouer sa méconnaissance c’est avouer une appartenance imparfaite au groupe. Il est par conséquent d’autant plus compliqué d’y entrer et de gagner la confiancede ses membres.
Afin de diminuer un tant soit peu les obstacles qui se dressent durant l’entretien, le sociologue se doit de soigner sa présentation de soi et réduire les réticences de l’interviewé à fournir des informations dont il ne sait pas ce qu’il en sera fait. Il est donc nécessaire qu’il se crée une image la moins agressive possible, qu’il adapte sa tenue vestimentaire, ses gestes, sasyntaxe. Il doit contrôler le lexique utilisé et faire preuve de tact lors de la présentation de sa recherche et de ses finalités. Pour les auteurs « la qualité des matériaux rassemblés, en particulier ceux collectés à partir des entretiens, doit beaucoup à l’auto-analyse permanente dans la situation d’enquête », c’est-à-dire respecter un minimum la vraisemblance pour pouvoir s’adapter à interviewéafin d’éviter sa méfiance qui pourrait modifier ses propos. Le sociologue doit se montrer digne d’intérêt et convaincre du serieux de son enquête, mais surtout apporter de l’empathie c’est-à-dire créer la possibilité d’une rencontre au-delà des mots.
L’effort du chercheur doit selon les auteurs porter prioritairement sur la nécessité d’assumer son angoisse, car avant le face à face en lui-même, lesociologue doit déjà affronter la quartier où réside la personne : l’ambiance des rues et l’aspect des immeubles sont une première remise à sa place de celui qui n’y habite pas. Pour M. et M. Pinçon, l’appartement amplifie le malaise, de plus que le temps que l’interviewé « sacrifie » au chercheur. Cependant ce rapport à l’espace peut être vécu de manière différente en fonctions de itinéraires...
tracking img