Wal mart

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2095 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Wal-Mart, un distributeur mondial
Vincent CHABAULT

L’histoire de la distribution s’enrichit d’une analyse de l’entreprise américaine Wal-Mart. L’intérêt d’une telle publication est plus globale tant le distributeur, par l’importance économique, sociale et politique qu’il a prise, détermine les standards d’un nouveau stade du capitalisme mondial.

Recensé : Nelson Lichtenstein, SusanStrasser, Wal-Mart. L’entreprise-monde, Paris, Les Prairies ordinaires, coll. « Penser/Croiser », 2009, 123 p., 12 euros.

En 2006, l’historien américain Nelson Lichtenstein publie un ouvrage collectif intitulé Wal-Mart: The Face of Twenty-First Century Capitalism (The New Press, New York). Deux contributions sont aujourd’hui accessibles en langue française dans la collection de traductions de lamaison d’édition indépendante, Les prairies ordinaires. Un premier texte, « Wal-Mart : un modèle pour le capitalisme du XXIe siècle » rédigé par Lichtenstein, retrace le développement du géant de la distribution américain et identifie les facteurs de sa réussite. Un second texte de l’historienne américaine Susan Strasser intègre de façon pertinente le cas Wal-Mart au développement de la distribution demasse depuis la fin du XIXe siècle (« De Woolworth à Wal-Mart : la marchandisation de masse et l’aventure de la culture consumériste »). Nous nous concentrerons ici sur le premier texte. 1


L’entreprise modèle S’intéresser à Wal-Mart revient dans un premier temps à énumérer une série d’indicateurs frappants. Fondé en 1962 dans le Sud rural des États-Unis (Arkansas), Wal-Mart est aujourd’huila plus grande société commerciale du monde : son chiffre d’affaires atteint 300 milliards de dollars par an, elle a ouvert plus de 6000 supermarchés dans le monde dont 80 % sur le territoire américain, elle compte 1.9 million de salariés et elle est le plus grand employeur privé du Mexique, du Canada et des États-Unis. Son fondateur, Sam Walton (1918-1992), est l’homme le plus riche d’Amériquedès 1985 et ses héritiers sont aujourd’hui deux fois plus fortunés que la famille de Bill Gates. Le poids pris par le distributeur en moins de cinquante ans lui octroie une influence politique et économique rare. L’implantation des supermarchés durant l’après-guerre contribue à reconfigurer le plan des agglomérations, le salaire minimum réel et les conditions d’emploi dans le monde des services sontplus ou moins fixés par les pratiques de l’employeur Wal-Mart, et sa place sur le marché lui permet de définir les contours de la consommation et de la culture populaires. Enfin, les importations de produits manufacturiers en provenance de Chine et de dix autres pays transforment les relations avec ses fournisseurs en de véritables rapports diplomatiques. Chaque année, 230 000 containerstraversent l’Océan Pacifique. Pour le capitalisme mondial, Wal-Mart est alors « l’entreprise-modèle », définissant, selon Lichtenstein, « les standards d’un nouveau stade du capitalisme mondial ». Elle prend la place de General Motors qui, au milieu du XXe siècle, incarnait le management bureaucratique, la production de masse et l’émancipation sociale et politique d’une main d’œuvre ouvrière et syndiquée.Plus récemment, d’autres entreprises comme IBM ou Microsoft avaient acquis ce statut « d’entreprise-monde » compte tenu de l’impact culturel et mondial de leur production. Innovations technologiques et réduction du coût du travail Quelle fut la recette de Wal-Mart ? Pour l’historien, la stratégie du leader de la distribution repose sur l’investissement de la firme dans les innovationstechnologiques et logistiques au service d’une organisation centralisée. En rupture avec le système de régulation sociale mis en place par le New Deal, le fonctionnement se base sur la réduction inexorable des coûts du travail et sur la fondation d’une identité d’entreprise spécifique. Sans revenir en détail sur les étapes du développement commercial de la chaîne d’hypermarchés, on peut 2


reprendre...
tracking img