Weber et l'esprit du capitalisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2317 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
 L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme ont paru pour la première fois en deux parties dans la revue codiriger par Weber intitulé; Archive pour les sciences sociales et la politique sociale. Revue qu'il dirige avec Edgar Jaffé et Werner Sombart le premier volet fut paru en 1904 et le second en 1905. Ce n'est que par la suite que le texte prendra le nom que l'on connait aujourd'hui. Lepremier chapitre du texte de se compose de deux parties, la première porte sur l'esprit du capitalisme, en s'appuyant sur un texte écrit par Benjamin Franklin qui est en quelque sorte les ''dix commandements'' du parfait emprunteur, et la seconde moitié porte sur la notion de Beruf, chez Luther et les protestants. Ces chapitres seront donc résumés et s'ensuivra une critique de ma part sur sespropos.

La première moitié du chapitre porte sur l'esprit du capitalisme et pour ce faire, Weber utilise un texte écrit par Benjamin Franklin dont les grandes lignes portent sur le crédit, la ponctualité des paiements, l'assiduité dans les paiements ainsi que le temps et le profit. Dans ce texte Franklin nous apprend l'art d'être un bon débiteur, il nous donne des règles à suivre ainsi qu'un codede conduite à respecter si l'on veut plaire à nos créanciers et ainsi emprunter encore plus d'argent. L' assiduité dans les paiements reste la clé du succès du parfait emprunteur. Tout dans le crédit est basé sur la réputation, l'apparence d'honnêteté donnera envie à tout le monde de nous prêter de l'argent. Le fait de les rembourser à la date exacte, convenue ne fait qu'augmenter cette réputationde bons payeurs et augmenter notre crédit. Franklin parle aussi d'argent et de travail, il nous dit que le temps c'est de l'argent et que nous nous devons de travailler le plus possible pour faire plus d'argent, car ne l'oublions pas pour lui, l'argent engendre l'argent. Il n'y a pas de place pour le farniente, car ne pas travailler c'est comme jeter de l'argent par les fenêtres. Franklin condamnetoute forme de paresse dans son texte, ainsi que toute forme de ''plaisir'' immédiat. L'argent ne doit servir qu'a combler les besoins essentiels et les surplus, à être prêté pour ainsi en récolter les intérêts. Dépenser pour le non nécessaire égale perdre non seulement le montant dépenser pour l'objet ou la chose, mais à cela on n'ajoute le profit des intérêts sur ce même montant. Finalementaprès mure réflexion, les choses que nous payons nous coûtent beaucoup plus cher que l'on pense.

Weber à choisi ce texte en particulier pour expliquer sa théorie, car selon lui ce texte est : « [...] un document de cet «esprit », dans sa pureté presque classique, qui contient ce que nous cherchons ici. Il offre en même temps l'avantage d'être dépourvu de toute relation directe avec la religion,donc, en ce qui concerne notre thème, dépourvu d'idées préconçues » (p.25). Selon Weber, le texte de Franklin correspond à l'image de l'esprit du capitalisme qu'il tente de démontrer. Le texte ne sert pas seulement à démontrer les choses à savoir pour devenir un bon débiteur, il expose plus qu'une ligne de pensée, mais bien un code de conduite et c'est en ce sens qu'il représente l'esprit ducapitalisme. Par la suite, Weber indique le passage entre l'esprit traditionnel et l'esprit du capitalisme en donnant un exemple, de fermiers a qui l'on a augmenté le salaire pensant ainsi que l'appât du gain allait leurs donner envie de travailler plus pour gagner plus. Le résultat fut que les fermiers ont arrêté de travailler aussitôt leurs salaires habituels gagnés, préférant diminuer leurs heures detravail plutôt que d'augmenter leurs salaires. L'homme ne désire pas par nature gagner, plus d'argent nous dit, Weber, il veut simplement gagner assez pour subvenir à ses besoins comme il l'a toujours fait. En cela réside le pur esprit traditionaliste. Dans cet esprit, on ne peut concevoir qu'un homme ait pour unique but : « l'idée de descendre dans la tombe chargée d'or et de richesse »...
tracking img