Weegee

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1317 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
WEEGEE

Magnifiquement présenté par Kerry William Purcell, écrivain indépendant, ancien archiviste à la Photographers Gallery, avec le talent des éditions Phaidon, Weegee est un ouvrage indispensable pour comprendre le photographe Weegee.
Weegee est avant tout l’archétype du photographe de presse : toujours le premier sur les lieux (avant même la police souvent), spécialiste de la photo demeurtre, des incendies et des accidents de voitures. Il photographie les innocents comme les coupables, les policiers ou les badauds assistant aux spectacles de la vie quotidienne. Mais il sait également tirer de cette vie quotidienne son essence, dans ce qu’elle a de simple et joyeux comme des amoureux au cinéma, des fêtards, les new-yorkais à la plage, …
Usher Fellig, de son vrai nom, naît le1er juin 1899 (et meurt le 26 Décembre 1968) en Autriche (aujourd’hui une province appartenant à l’Ukraine). Face à l’antisémitisme croissant, sa famille gagne les USA où un fonctionnaire de l’émigration le rebaptise Arthur Fellig. Quittant l’école très tôt afin de gagner de l’argent pour améliorer le quotidien de la famille, ce n’est qu’un jour où un photographe ambulant le fait poser sur un poney,que son intérêt pour la photo se révèle. Développant cette vocation il se procure son propre matériel et un poney. En 1917, il fuit la lourdeur religieuse de son père, qui deviendra rabbin, se retrouve alors à la rue. Il trouve, grâce à sa petite expérience, un poste d’assistant dans un studio de photos (Ducket and Adler, spécialiste des clichés de produits pour commerciaux). Vers 1924, il estembauché par Acme Newspictures, il y travaille jusqu’en 1935, où il tire et développe des photos pour le Daily News et le New York Herald. « […] j’apprenais la photographie dans cette foutue chambre noire. Plus tard, quand je fus moi-même sur un reportage, j’étais capable de visualiser à l’avance ce que donneraient mes photos dans l’agrandisseur ». A sa demande, sentant qu’il gâche là son talent etses envies, il est promu photographe. Refusant de porter une cravate, il n’est autorisé qu’à travailler la nuit et, dans un premier temps, il est assigné aux incendies seulement. Puis couvrant tous les faits divers, il se fait remarquer car il est toujours le premier et sait anticiper les événements. Et c’est également pour la qualité journalistique et esthétique de ses photos très percutantesqu’il obtient grâce a une technique qu’il n’abandonnera jamais : le diaphragme à 16, un temps d’exposition de 1/200e, et une distance de 3,5 mètres par rapport au sujet. Mais un jour qu’il joue toute sa paye aux dés, il perd tout et se retrouve sans logement. Il s’installe alors dans les locaux d’Acme, près des téléscripteurs, pour être plus performant. En 1935, après s’être fait renvoyé de chez Acmeoù l’on découvrit qu’il habitait là, il décide de devenir photographe indépendant. Son adresse professionnelle correspond alors avec celle du commissariat principal de Manhattan. Il devient le premier civil à être équipé d’une radio, dans sa voiture, recevant les transmissions de la police et des pompiers. Voiture qu’il aménage minutieusement avec un laboratoire photo dans le coffre, plusieursappareils photoraphiques chargés en plaques et grand stock d’ampoules de flash. Il ne croit qu’en l’instantané et à la captation de scène encore chaude ; souvent le sang coule encore quand il arrive sur place. New York devient son terrain de prédilection. A partir de 1938, on peut voir au dos de ses photos : « crédit photo Weegee LeGrand ». Il marque un véritable tournant dans la photo de presse.Jusqu’alors la photo devait illustrer fidèlement et strictement le texte du journaliste. Avec Weegee, le photographe impose les grandes lignes de l’histoire via sa photo (ses photos étant très riches dans leur composition et dans l’information, tellement explicite et complète) et oriente la rédaction de l’auteur. Weegee connaît l’importance de la photo pour les nombreux immigrés illettrés....
tracking img