Wendiy

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3968 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Ce que je veux, c'est être amoureuse. Je veux un prénom à écrire sur les vitres quand il y a de la buée. Je veux un visage sur une photo que je regarderais pendant des heu res. Ce que je veux aussi, c'est quelqu'un à qui rêver la nuit. Je veux les papillons dans le ventre quand il s'approche, le vertige quand il me prendra la main. Ce que je veux, c'est aimer le bonheur d'aimer que ce soitréciproque ou non.

Tu cesseras d'être déçu quand tu auras cessé d'espérer.

Je sais que je ne suis en rien le genre de fille que tu aimes, je suis peut-être même l'opposé de ton idéal.Je sais que je suis pas cette personne que tu attends. Je n'ai ni de longues jambes, ni une poitrine énorme, ni des longs cheveux, ni de grands yeux de bébé. Je ne suis pas une couverture de magasine, ça c'est sur. Jene suis pas parfaite. Je ne suis pas cette fille qui peut passer des heures à faire du shopping, qui peut s'habiller en un clin d'œil, qui a de l'allure et de l'assurance. Je n'ai pas des centaines d'amis, je ne reçois pas dix messages par heure. Je ne suis pas très intelligente, je n'ai pas toujours la tête dans les livres. Je ne suis pas une fille exubérante et tout le temps bien dans sapeau.Mais je t'aime. Je t'aime vraiment. Et si tu y réfléchis rien qu'un peu, l'amour, finalement, c'est rare. Rare que quelqu'un nous prenne tout entier, avec notre paquet de qualités, de défauts et de manies. Alors oui, je sais que aujourd'hui, ces mots ne veulent rien dire pour toi. Mais, s'il te plait, ne les oublie pas. Parce que un jour, tu en aura peut-être besoin. 00

Quand tu me laisseras, jeserais tellement malheureuse que tu ne pourras pas être heureux..."

Le contraire de l'amour, c'est pas la haine. C'est l'indifférence. Si tu me hais comme tu dis, c'est que pour toi je compte encore, qu'il existe encore un lien entre nous.. "

I paraît que l'amour, c'est un truc dangereux, que ça va
faire chialer tes jolis petits yeux. Il paraît même que ça
fout la fièvre. Il paraît qu' ily en a certains, qu' il y en a
certains qu' en crèvent. Et moi j'y crois, quand j'te vois
en face de moi. Il paraît que l'amour, ça t'aide quand t'es
triste. Il paraît même que ça rend complices. Il paraît que
ça fait des trucs profonds. Que l'on efface pas d'un coup
de torchon. Que ça va même jusqu'à la passion. Que des
fois ça fait mal mais qu' y a que ça qu' est bon. Il paraît
que çarend heureux, qu' on a rien trouvé de mieux. Et
moi, j' y crois.

Je voudrais être quelqu'un qui a un nom, pour lui, tu sais. Je m'en fiche qu'il m'aime ou pas. Je veux que quand il me voie, il m'affiche un sourire ou bien qu'il me lance un regard de reproche. Je veux même pas qu'il me dise bonjour, non. Je veux que quand il me regarde, il me voie. Et je veux que quand il me regarde, ce ne soitpas par hasard. Je veux qu'il me regarde, moi. Parce qu'il l'aura voulu. Parce qu'il y aurait quelque chose entre nous. Je veux bien être celle qu'il énerve sans cesse. Je veux bien être celle qu'il déteste. Sur que je préférerais le contraire, mais je voudrais pouvoir dire à quelqu'un qu'un jour, on s'est parlé, qu'il m'a reconnu, qu'on s'est entendu, ou pas. Je voudrais pouvoir dire le connaître,et pas juste de vue. Je comprends à présent pourquoi tout est préférable à son indifférence. Parce qu'au sinon, s'il ne se passe rien, il ne reste pas de souvenir. Et des souvenirs avec lui, j'en veux. Des qui font rires, des qui font pleurer, je m'en fiche. J'en veux. Au moins un. Un tout petit. Qui deviendra peut-être important, qui sait. Juste un petit sourire, rien que pour moi, qui me feraiscroire à nouveau que le bonheur n'est peut-être pas loin, et que le mien, il le détient dans sa main. Pourtant, je te le jure, je ne suis pas amoureuse. Vraiment pas. C'est juste que je pense que tous les deux on pourrait faire de belles choses ensemble

L'image de son visage commençait à s'effacer peu à peu dans mon esprit. J'avais tellement peur de l'oublier. C'est comme si je le perdais...
tracking img