West side story

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (365 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Pourquoi voir "West Side Story"

Un tournant dans l'histoire du film musical
Après la jovialité et la quasi naïveté des films musicaux des années 40 et 50, Robert Wise (à qui l'on doit également«La mélodie du bonheur ») et Jerome Robbins, nous ouvrent les portes vers des films musicaux qui seront dorénavant plus sombres avec une dimension plus dramatique et évoquant des thèmes beaucoup plusproches de la réalité et plus actuels. Pour West Side Story ce sera le racisme, les conditions sociales...

Une musique inoubliable
Qui ne connait pas les chansons de West Side Story? Même les plusretissant aux films musicaux connaissent les airs du grand Leonard Bernstein : « Maria », « Tonight », « America », « I feel pretty »....
Leonard Bernstein à qui l'on doit d'ailleurs d'autres petitesmerveilles musicales entendues dans le film « On the town » (« Un jour à New York ») sorti en 1949.

Il y a du « Roméo et Juliette » dans West Side Story
Le scénario a été librement inspiré par lacélèbre pièce de William Shakespeare : deux bandes rivales et un amour impossible. Ici la noblesse des familles et du langage à été remplacé par la beauté des chorégraphies et des chansons.
La scèneoù Tony rejoint Maria dans l'escalier de secours nous rappelle la scène du balcon où Roméo déclame son amour à Juliette.

Pour résumer, West Side Story reste un chef d'oeuvre de la comédie musicaleet un tournant de ce genre cinématographique.
A voir ou à revoir absolument.
- West Side Story est une comédie musicale crée en 1957 pour Broadway par Leonard Bernstein (musique), Stephen Sondheim(paroles) et Arthur Laurents (livret) et Jerome Robbins (co-réalisateur du film) pour la mise en scène. A l'origine, l'histoire devait opposée des irlandais et des juifs mais les auteurs ont préféréprendre un sujet plus actuel : l'immigration portoricaine aux états-unis.
- Nathalie Wood a été doublée par Marni Nixon et Richard Beymer par Jimmy Bryant
- En 1957, on retrouve George Chakiris...
tracking img