Winnicott

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1113 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Donald W. Winnicott

Winnicott met en avant l’importance des soins maternels dans le processus de maturation de l’enfant : « le potentiel inné d’un enfant ne peut devenir enfant que s’il est couplé à des soins maternels » [1]. L’auteur postule, au début de la vie du nourrisson, un « état de non intégration primaire », le Moi n’est pas encore constitué et la personnalité n’est pas encoreintégrée au corps. Grâce à un état psychique particulier : la « préoccupation maternelle primaire », la mère va fournir au bébé des soins « suffisamment bons ». Cette « maladie normale » est temporaire, elle développe les capacités d’empathie et permet à l’objet externe de s’identifier à son enfant, de comprendre ses besoins. Winnicott décrit trois fonctions remplies par la mère à travers son état decentration sur l’enfant : le holding, qui correspond à la façon de soutenir, de porter l’enfant ; le handling, c'est-à-dire la manière de manipuler, de soigner, de toucher l’enfant et l’object-persenting, la mise à la disposition de l’enfant de l’objet. Le holding, ainsi que les expériences instinctuelles du bébé va permettre le processus d’ « intégration » qui amène l’enfant à percevoir les diversesparties du corps, les diverses expériences corporelles, émotionnelles, affectives comme un tout, dans un état d’unité. Le Moi puis le Self sont les héritiers du holding. Le handling permettra l’installation de la psyché dans le soma et le développement du fonctionnement mental, processus psycho-somatique nommé « personnalisation » par l’auteur. Il décrit le développement du Moi sur un Moi corporeldans lequel la « membrane de délimitation », confondue avec la surface de la peau va permettre la constitution d’un espace interne et d’un espace externe ains que l’édification du shéma corporel. Ce concept rappelle celui de Moi Peau d’Anzieu que nous développerons plus loin. L’object-presenting sera détermiant pour l’édification des premières relations objectales.
Durant la première phase de larelation mère-bébé : phase de « dépendance absolue », la centration de la mère sur les besoins de l’enfant va lui permettre une adaptation immédiate et parfaite. Elle va présenter le sein ou le biberon au nourrisson au moment où il en a besoin. Ainsi, l’enfant a l’illusion de créer l’objet, il est trouvé-créé. Le bébé va alors vivre un sentiment de toute puissance, une illusion d’omnipotence. Il al’illusion que la réalité extérieure correspond à son désir et à sa capacité de création. La mère et le bébé sont dans un état de fusion : le sein et le lait appartiennent à l’enfant et l’enfant à qui la mère donne le lait est une partie d’elle-même. C’est une aire de subjectivité.
Si la mère n’est pas capable de faire vivre au bébé l’expérience de l’omnipotence et se montre constammentdéfaillante, celui-ci développera une attitude de soumission et fonctionnera avec un « faux-self » qui, dans des cas extrêmes est dissocié du vrai self qui n’a alors plus de moyens d’expression et de satisfaction. Le self est clivé, le sentiment d’exister s’en trouve perturbé.
Progressivement, durant la seconde phase de la relation mère bébé dite de « dépendance relative », la mère va se désadapter, elleva reprendre ses activités personnelles. Au cours de cette période, l’enfant se différencie progressivement de la mère et doit faire face à la désillusion. Si l’illusion a été vécue de manière suffisante et si la désadaptation de la mère se fait de manière progressive, les frustrations seront bénéfiques pour le bébé. En différant la satisfaction des besoins, la mère donne au bébé l’occasion defantasmer : d’halluciner la réalisation de son besoins par l’intermédiaire d’une activité auto-érotique. L’enfant n’est pas encore en mesure d’introjecter de manière durable l’objet maternel, il n’a que des relations avec des objets partiels. Il a alors recours à des « objets-autres-que-moi », ou « objets transitionnels ». Ils constituent un prolongement de l’illusion mais témoignent de...
tracking img