Xfth

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1143 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture analytique n° 4 - Phèdre, Acte IV, scène 6
vers 1225 - 1274

PREMIER AXE : UNE DOUBLE TORTURE

La première torture est celle de la jalousie. La jalousie possède deux caractères forts dans cette scène :
- c’est un sentiment qui surpasse toutes les douleurs de la passion cachée. Racine identifie la passion à un « faible essai » (vers 1230) alors que cette expression au singulierconcentre une multitude de pluriels qui servent à évoquer, au début de la tirade, l’amour et ses conséquences « craintes », «transports », « fureurs », « feux », « remords » : on notera les allitérations en f et en r qui valorisent la douleur passée (fureur de mes feux/horreur de mes remords). Or, ces accablements ne sont rien par rapport à la jalousie, jalousie qui est donc définie comme lesentiment le plus insupportable à vivre, l’extrémité de la souffrance ! Dans sa seconde tirade, Phèdre va utiliser (comme elle le fait souvent) le verbe brûler (vers 1266) mais c’est une brûlure presque sans cause : « Pour qui ? » demande-t-elle (vers 1267). Hippolyte n’est donc plus seul la cause de la souffrance, le couple qu’il forme avec Aricie focalise la haine, et c’est surtout la haine de sarivale qui prend le dessus. Il y a donc changement d’objet de la souffrance. On se dit que Racine a utilisé Aricie uniquement pour faire naître cette ultime douleur dans le cœur de la Reine, comme l’instrument d’une dernière blessure (qu’on peut résumer ainsi : Aricie a pris ma place). Quant à Oenone, elle est spectatrice privilégiée de cet excès, mais elle est comme tous les spectateurs de lareprésentation, liée au sentiment démesuré qui provoque la pitié : « Prends pitié de ma jalouse rage » dit Phèdre (vers 1258) comme pour l’entraîner dans son ressenti.
- C’est un sentiment neuf, nouveau, qui s’exprime dans un cri pathétique au vers 1225. On notera la ponctuation (les deux exclamations qui s’enchaînent) et qui donnent l’impression que Phèdre vit un cauchemar. D’où l’énumérationpressante de questions (que l’on peut résumer en une seule : est-ce vrai ?). Questions rhétoriques mais qui mettent en valeur le besoin de comprendre cette tromperie et de vivre fantasmatiquement avec le couple Hippolyte - Aricie. On peut rapprocher cette série de questions du masochisme des sentiments extrêmes.

La première torture est donc une torture morale absolue.
La seconde torture de ce texteest un sentiment de terreur, d’effroi, conséquence de l’instinct de vengeance qui se met en place à partir du vers 1257 : dans un premier temps, la folie de Phèdre se fixe sur Aricie (« Il faut perdre Aricie ») et appelle Thésée à juger sa rivale (dont elle exprime à l’avance le jugement « le crime de la sœur passe celui des frères ». Puis la folie s’estompe et Phèdre revient à elle : la terreurcommence. Elle est associée à la reconnaissance du désir de tuer, désir primaire d’une âme jalouse. Un champ lexical du meurtre marque ce passage : « crimes » (1269), « homicides » (1271), « sang » (1272). On notera aussi deux images très physiques qui valorisent l’épouvante : « chaque mot sur mon front fait dresser mes cheveux » et « mes homicides mains ». L’épouvante est difficile à supporter.D’où le recours au thème du suicide qui clôt l’extrait : « et je vis ? » se demande Phèdre. Implicitement, elle ne se donne plus le droit de vivre...

Nous venons de voir que Phèdre se torture dans un mouvement qui fait naître Pitié et Terreur, deux moteurs de la catharsis tragique. Ainsi, les spectateurs s’identifient à la douleur extrême de l’héroïne et vivent avec elle ce moment de foliecontagieuse.

DEUXIÈME AXE : LE JEU SUR LES OPPOSITIONS

L’aspect pathétique du texte passe par une série d’oppositions qui vont définir la jalousie de Phèdre. On compte 3 types d’oppositions :
1. l’opposition Passion / Amour heureux
Cette opposition est marquée par la présence dans le texte d’un grand nombre de termes qui résument le parcours passionnel de Phèdre : depuis « Tout ce que...
tracking img