Yourcenar

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2713 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Exposé : la théorie dans les Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar.
Abdoulaye DIOUF, étudiant en M2, 2006/2007

La présence de la théorie dans le roman qui désintègre la forme traditionnelle du genre et pose en même temps la problématique de la transgénéricité est au cœur des Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar. Dans les Carnets de notes qui suivent le texte fictif, elle s’enexplique comme suit : Le roman dévore aujourd’hui toutes les formes ; on est à peu près forcé d’en passer par lui. Cette étude sur la destinée d’un homme qui s’est nommé Hadrien eût été une tragédie au XVIIe siècle ; c’eût été un essai à l’époque de la Renaissance (p.340)

A partir de ce moment, la lecture de l’œuvre nécessite une nouvelle taxinomie eu égard à l’ampleur de son projet qui a générécette hybridité dont parle Caroline Guslevic : Mémoires d’Hadrien est une œuvre protéiforme, qui ne se coule pas dans le moule d’un genre unique et strictement codifié mais emprunte – sans le respecter rigoureusement – plusieurs cadres narratifs qui s’enchâssent, pour mieux rendre compte de la complexité de l’enjeu : faire parler un empereur du IIe siècle, ayant réellement existé tient de la gageure.L’Histoire n’y suffit pas, la fiction seule mentirait trop1.

S’il est vrai, en effet que les Mémoires sont écrits à la première personne, il est également vrai que, constamment la figure de l’empereur s’estompe comme sujet évident de l’acte narratif pour laisser place à de longues méditations, à des réflexions et à des expressions impersonnelles à valeur de sentences, de maximes, de proverbescomme dans la pure tradition des moralistes classiques. Quelle est cependant la place de la théorie dans le récit ? Sous quelles formes s’y décline t-elle ? Quels sont ses rapports avec l’histoire anecdotique de l’empereur narrateur ? Quelle est la fonction de cette théorie, comment s’accommode t-elle avec la tension propre à l’écriture yourcenarienne ?

1

Marguerite Yourcenar Mémoiresd’Hadrien, Ellipses/ marketing S.A, 1999, p.54

1

Telle est la problématique autour de la quelle s’articule notre étude.

I-

Du discours d’adresse au monologue autotélique : les méditations et réflexions de l’empereur

Mémoires d’Hadrien s’ouvre sur le récit de la rencontre de l’empereur Hadrien avec son médecin Hermogène sous la forme d’une lettre qu’il destine à son futur successeur MarcAurèle. Ce qui explique la présence du discours d’adresse par lequel le narrateur empereur interpelle le destinataire à travers la deuxième personne du singulier et ses occurrences. Mais à partir de la deuxième séquence, il y a un infléchissement de ce projet initial. Ce qui était parti pour être une lettre tourne à la méditation et au discours intérieur : Peu à peu cette lettre commencée pourt’informer des progrès de mon mal est devenue le délassement d’un homme qui n’a plus l’énergie nécessaire pour s’appliquer longuement aux affaires d’Etat, la méditation écrite d’un malade qui donne audience à ses souvenirs. (MH, 29).

A partir de ce moment, le « je » renvoyant à Hadrien engage le texte dans une dynamique de réflexion et d’argumentation qui autorise Jean-Marcel Paquette à parler de laprésence de la forme de l’essai dans l’œuvre. Le discours d’adresse devient finalement un monologue autotélique à travers lequel Hadrien entame une série de réflexions sur la maladie, le sommeil, la nourriture, la chasse, l’amour qu’il développera tout au long du roman, laissant place à une véritable introspection qui occulte la figure du narrataire apostrophé au début du récit. Parlant de soncorps malade, il se dédouble en un autre « je » et affirme : Ce matin, l’idée m’est venue pour la première fois que mon corps, ce fidèle compagnon, cet ami plus sûr, mieux connu de moi que mon âme, n’est qu’un monstre sournois qui finira par dévorer son maître.(MH, 11)

Evoquant l’amour et la volupté, le « je » opère une dilatation à travers laquelle le sujet pensant supplante le sujet narrant...
tracking img