Ythtjtjttj

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (606 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’échec politique de la IV° République
Exemple de sujet qui requiert un bon esprit de synthèse mais aussi une bonne connaissance de la période afin de pouvoir en dresser une analyse aussi préciseque pertinente. L’Histoire politique de la IV° République, pourtant brève, à peine 12 ans, n’en demeure pas moins complexe dans un régime qui a structurellement favorisé l’instabilité ministérielle.Sans se perdre dans ce détail, il fallait pouvoir juger de la part qu’elle a prise dans l’échec politique du régime.
Introduction 
Dans le contexte d’après-guerre, la IV° République porte à la foisles espoirs de la paix retrouvée et de son corollaire, la reconstruction. Le traumatisme de la collaboration et la crainte des dérives du passé, l’ombre de Vichy plane encore, Pétain condamné à mort  avu sa peine commuée à un emprisonnement à perpétuité, et donc aussi de la question de la forme que devra prendre la Constitution du nouveau régime
I – Naissance de la IV° République : un accouchementdans la douleur (1946 – 1950)
1- Le choix d’une nouvelle constitution (1946)
* Débat très vif au sein du GPRF pour déterminer quel type de régime pour la France
* Des institutions qui privilégientla pluralité : le mode de scrutin proportionnel à un tour assure l’entrée à l’Assemblée de plus de partis et rend difficile l’émergence d’une majorité
* Le pouvoir du législatif sur l’exécutif
*Se sentant trahi, de Gaulle quitte la présidence du Conseil
=> Personne ne le rappelle, c’est la naissance du Tripartisme, coalition de centre gauche
2- L’« année terrible » (1947)
Dans uncontexte de pénurie aggravée (les tickets de rationnement ont été maintenus), le régime doit affronter une triple crise dont les tenants et les aboutissants ne sont pas dissociables :
- Crise sociale :grèves d’avril–mai et de novembre–décembre qui débouchent sur le départ des communistes
- Crise politique : échec du Tripartisme qui laisse sa place à une coalition de centre gauche, la « troisième...
tracking img