Zidane

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1271 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
TP 13 : Du rifting à l’océanisation

La présence de zones en dépression (les grabens) dans un rift continental suggère qu’une telle région subit des contraintes tectoniques.

- Comment montrer qu’un rift continental est une zone en extension ?

Présentation des documents :

Le document A est une représentation schématique de deux types de failles qui sont ici les failles normaleset les failles inverses.

Le document B est une photographie d’un réseau de failles normales dans un rift continental en Afrique de l’Est.

Le document 1 est un schéma légendé représentant les principales structures et répartition du volcanisme dans le rift est-africain.

Le document 2 est une coupe géologique Est-Ouest du rift est-africain suivant un trajet allant du point A vers le point B.Le document 4 est un tableau de valeurs qui nous renseigne sur l’espacement des volcans du rift est-africain en fonction de l’épaisseur de la croûte continentale et de la lithosphère.

Le document 5 est un compte-rendu de géologues qui ont observé un épisode volcanique et tectonique remarquable situé près du lac d’Assal en Novembre 1978.

Enfin, le document 6 nous montre une photographied’un lac de lave appelé « Erta-Alé ». Ce dernier est accompagné de quelques données sur les lacs de laves et leurs caractéristiques.

I – Rift continental et extension de la lithosphère.

1) Nous pouvons retrouver à l’aide des documents A et B les caractéristiques physiques
des failles normales. En effet, nous savons qu’une faille est une fracture de la croûte qui sépare le bloc initialeen deux blocs distincts. Toutefois, chaque faille est différente ; les failles normales ont la particularité de provoquer l’abaissement du bloc supérieur par rapport au bloc inférieur. C’est l’inverse des failles inverses.

De plus, on constate cette même disposition géologique dans le rift est-africain. On peut donc en conclure que les failles normales résultent des rift (ici continental) etdonc de amincissement de la lithosphère sous-jacente.

2) L’expérience consiste à verser de la poudre de différente couleur (de manière
rectiligne et horizontale) dans un récipient transparent bordé de chaque coté par des plaque de fer mobiles. Leur extension provoquera diverses Nous observons lors de cette expérience que la structure s’effondre petit à petit
lorsque les parois s’écartent.En effet, lors de la première extension des plaques, on remarque l’apparition de premières failles très fines aux extrémités. Ensuite, l’accroissement de l’extension entraine l’apparition de failles de plus en plus importantes mais la structure ne se fracture pas en d’autres points. Enfin, lorsque les plaques de fer sont totalement écartées l’unes de l’autre, on observe l’apparition de « blocsbasculés » à la surface. Ces blocs sont typiques du rift.

C’est donc par décompression et extension de la structure que les failles et les multiples transformations géologiques sont apparues.
Toutes ces observations nous amènent à supposer que cette représentation géologique est celle du rift. De plus, les failles qui résultent de cette expérience sont des failles normales. Ceci confirmel’hypothèse précédente car ces failles sont typiques du rift. On conclu que ce type de faille apparaît dans un contexte tectonique en extension.

3) Grâce à l’étude de ses caractéristiques et des failles et autres phénomènes géologique
qui en résulte, nous avons pu déterminer que le rift est une zone d’extension.

Evolution des couches sous-jacentes pendant le rift continentalRemarque : On remarque que la surface de départ est beaucoup plus importante que celle de fin.

II – Rift continental et amincissement de la lithosphère.

Rappelons la définition du rift : C’est un fossé d’effondrement caractérisé par une activité volcanique et sismique. Il témoigne d’une extension de la région où il se forme. Il peut être océanique (au niveau des dorsales) ou continental....
tracking img