A quoi sert la philosophie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1596 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
A quoi sert la philosophie

Présidents et ministres se succèdent avec d'ordinaire des positions extrêmes concernant l'enseignement de la philosophie. L'un veut la faire disparaître, l'autre met sa conservation à son programme... l'un stigmatise un coût budgétaire conséquent, l'autre applique les directives que n'aura pas manqué de lui donner sa femme, philosophe de profession. Derrière cesalternances se profile une question vieille comme la philosophie elle-même qui est celle de son utilité. A quoi sert la philosophie? Est-elle nécessaire ou dangereuse? Enfante-t-elle l'ordre ou le désordre? Est-ce à la philosophie de répondre, et sinon, quelle réponse extra philosophique pourra juger de l'utilité de la philosophie?
Une telle question nous réclame certes un bilan des avantages de laphilosophie mais aussi une interrogation plus fondamentale sur la notion même d'utilité, puisque c'est dans l'écheveau du rapport entre fin et moyen qu'il s'agit de situer la philosophie.
On n'est pas en droit de présupposer l'utilité de la philosophie au nom du "philosophiquement correct". Il se pourrait qu'on doive au contraire la décrire comme nuisible, voire dangereuse. Il y a des arguments: le philosophe se retrouve coupé de la réalité, son immersion dans la mer des livres lui donne un type de connaissance qui n'est pas celui de la vie. C'est du reste par la reconnaissance de ce fait qu'a commencé l'histoire de la philosophie, puisque le philosophes Thalès, l'un des premiers est décrit comme tombant dans un puits parce que, lourd symbole, il a regardé les astres. La métaphore del'albatros qui vaut si bien pour le poète convient aussi au philosophe.
Ces pour des raisons de ce genre que Jean-Jacques Rousseau se défie des livres. Qu'on mette le philosopher dans un livre, et il faudra répondre à un livre par un livre, les textes susciteront les textes et le livre deviendra un doublet poussiéreux du monde dont personne ne sortira jamais. Fait pour rapprocher de la réalité,le livre en éloigne définitivement. Impossible de rencontrer dans les livres la figure charnelle d'autrui. C'est pourquoi cet homme qui a tant lu demande qu'on préserve Emile de toute lecture, si ce n'est celle de Robinson Crusoé. La leçon de Rousseau est aussi celle de Socrate, qui n'a jamais consenti à écrire et pour qui il n'existe de philosophie que si elle se confond avec la vie, une vie enlaquelle elle se résorbe sans connaître les moments de la représentation ou de la leçon.
Tel est encore en un sens la leçon de la morale par provision. Descartes sait qu'on n'a pas toujours le temps de réfléchir sur chaque chose, et que nombre de nos actes doivent être engagés avant de savoir; celui qui voudrait disposer d'une philosophie de mariage avant de se marier finirait célibataire! Laphilosophie tire les leçons de ce qui est, nous prévient Hegel dans une image célèbre mais n'en sait jamais assez pour permettre l'action. Voilà derechef la philosophie privée d'utilité, puisqu'elle se découvre ne pas appartenir à l'horizon pratique, venir toujours trop tard et s'écrire en gris sur du gris.
Mais le nom de Socrate nous invite à reconnaître aussi le danger mortel de la philosophie,insupportable au non philosophe qui veut détruire le philosophe. Premier d'un long martyrologe, Socrate ne risque-t-il pas de nous engager dans la voie d'une intégration dans un ordre constitué en valeur suprême : malheur à qui le scandale arrive. Mieux vaut la tranquillité d'un ordre de compromission théorique que la mise à mort ou la persécution. Ainsi parle la lâcheté mais aussi la considérationde l'ordre social qui n'est pas qu'un regard sans honneur, car le désordre fait des victimes sans bénéfice. Ne s'est il pas trouvé des analystes pour considérer que la Révolution Française n'avait rien changé. Alors, mort... où est ta victoire?
Si ces présomptions sont fondées, alors il faut en tirer les conséquences : assumer le renoncement à l'enseignement de la philosophie, et celui d'un...
tracking img