A rebours- huismans

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1448 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Comment résumer lorsqu'il n'y a rien à résumer?
Les 16 chapitres de A Rebours sont en effet axés sur un seul personnage. Basique jusqu'à présent. Sauf que cet homme, Des Esseintes, fuyant la décadence vulgaire et populaire de la société, affichant un mépris pour les oeuvres trop communes, passant son temps chez lui, enfermé, protégé, à contempler des splendeurs qui n'illuminent que lui, cethomme à la recherche perpétuelle de l'esthétique, de la jouissance spirituelle et artistique, cet homme malade qui demeure chez lui, est juste là. Les interactions qu'il a avec d'autres personnages sont rares, quasi inexistantes, et l'action la plus grandiose et palpitante est son voyage avorté jusqu'à Londres. Comme le précise Daniel Grojnowski dans la présentation, A rebours relate "une aventure oùrien n'advient" p.6
L'intériorité du personnage prime, et l'on suit avec difficulté parfois ses va-et-vient entre les souvenirs, les passages au discours indirect, le présent, ses interrogations, ses sensations éprouvées en rapport au présent qui le renvoient à l'époque d'autrefois. On perçoit peu à peu l'évolution de sa névrose, cette maladie qui le ratatine sur lui même, le cloitrant de plusen plus chez lui, cherchant à le fermer encore plus à tout ce qui compose l'environnement humain qu'il fuit, même si sa recherche de l'isolement total sera au final un échec. Résumer A rebours sans sombrer dans l'analyse est difficile, aussi m'en tiendrai-je là.

Résumé officiel.
"On finira par donner de simples études, sans péripéties ni dénouement" écrivait Emile Zola à propos des SoeursVatard de J-K Huysmans. A Rebours exauce les promesses de son titre. Entremêlant au récit dd'une rupture avec le monde réel des contes, des poèmes en prose, des considération intempestives, des pages d'Histoire ou de critiques, il donne l'exemple d'un des "antiromans" les plus remarquables. En même temps qu'il expose les thèses de la décadence, il s'engage dans les voies de l'expérimentation et setourne vers la vie intérieure - ce qui ne l'empêche pas d'exploiter tous les filons du comique, de la grosse blague à l'humour noir.

Extraits.
."Des Esseintes haussa les éppaules. - Tu n'y es pas; Oh! mais pas du tout, fit-il ; la vérité c'est que je tâche simplement de préparer un assassin. Suis bien, en effet, mon raisonnemnt. Ce garçon est vierge et a atteint l'âge où le sang bouillonne ; ilpourrait courir après les fillettes de son quartier, demeurer honnête tout en s'amusant, avoir, en somme, sa petite part du monotone bonheur réservé aux pauvres. Au contraire,en l'amenant ici [maison close], au milieu d'un luxe qu'il ne soupçonnait même pas et qui se gravera forcément dans sa mémoire, en lui offrant, tous les quinze jours, une telle aubaine, il prendra l'habitude de cesjouissances que ses moyens lui interdisant ; admettons qu'il faille trois mois pour qu'elles lui soient devenues absoluent nécessaires - et, en les espaçant comme je le fais je ne risque pas de le rassasier; - eh bien , au bout de ces trois mois, je supprime la petite rente que je vais te verser d'avance pour cette bonne action, et alors il volera, afin de séjourner ici ; il fera les cent dix neuf coups,pour se rouler sur ce divan et sous ce gaz!
En poussant les choses à l'extrême, il tuera, je l'espère, le monsieur qui apparaîtra mal à propos tandis qu'il tentera de forcer son secrétaire ; - alors mon but sera atteint, j'aurai contribué , dans la mesure de mes ressources, à créer un gredin, un ennemi de plus pour cette hideuse société qui nous rançonne.
Les femmes ouvrirent de grandsyeux." p107

"Encore descendu de plusieurs crans, le ciel s'était abaissé jusqu'au ventre des maisons." p167

Opinion
J'ai découvert Huysmans dans un salon de thé aixois. Un ami aux longs cheveux mit une musique d'ambiance, musique que je ne devais jamais réussir à retrouver, puis me fit la lecture. C'était l'année dernière. Nous étions en juillet, le salon était désert, seule résonnait la...
tracking img