A l’ouest rien de nouveau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1305 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
A l’Ouest Rien de Nouveau

A) Présentation de l’oeuvre

Date de publication : 1928

Biographie d’Erich Maria REMARQUE :

Erich Maria REMARQUE est un écrivain allemand né le 22 juin 1898 à Osnabrück
Alors qu’il suit des études pour devenir instituteur, il est mobilisé en novembre 1916, pendant la Première Guerre mondiale. Il fait ses classes à Westerberg et est incorporé dans un bataillonde réserve, ce qui lui permet de rendre visite assez souvent à sa mère malade.

En juin 1917, il connaît pendant sept semaines la vie des tranchées avant d’être blessé par des éclats d’obus aux mains, en Belgique. Il devra renoncer à une carrière de musicien qu’il espérait bien faire. En septembre 1917, sa mère meurt d’un cancer.

En octobre 1918, il sort de l’hôpital pour être incorporé denouveau dans l’infanterie. Démobilisé en juin 1919, il donne des cours dans plusieurs écoles primaires pendant deux ans, mais se rend vite compte que cette carrière ne lui convient pas. Il s’essaye en tant que tailleur de pierre

Après la guerre, il exerce divers métiers : comptable, démarcheur, journaliste, rédacteur d'un journal sportif.
En 1920, il publie son premier livre « la baraque derêve » qui passera inaperçu. Mais c’est neuf ans plus tard, avec son roman « A l’ouest rien de nouveau » que sa carrière débute vraiment.
Il sera alors pris pour cible par les nazis qui l’accusent d’affaiblir le moral de la nation allemande dans ses écrits. Ses livres sont brûlés par les nazis (1933) et sa nationalité allemande lui est retirée. A partir de 1948, il réside alternativement à New Yorket en Suisse.

Il meurt le 25 septembre 1970 à Locarno.

B) Analyse

I)
Le narrateur est le personnage principal qui s’appelle Paul Bäumer. L’auteur du roman est aussi le narrateur car sa vie ressemble un peu à l’histoire du protagoniste, Paul Bäumer

II)
C’est un récit simple car le narrateur ne cède pas la parole à un autre narrateur et il n’y a qu’un seul récit.

III)
Les événementssont décrits d’un point de vue externe, à travers les yeux de Paul Bäumer. Le narrateur ne rapporte que ce que voit et entend Paul. On connaît aussi ses sentiments.

IV)

L’époque.

L’histoire se déroule durant la première guerre mondiale, principalement pendant la guerre de position.

P.147 : « la guerre est finie pour eux » (les Russes)
P.213 : « cet été de l’année 1918 »
P.216 : « Terappelles-tu, Kat, l’oie que nous avons réquisitionnée ? […] il y a presque 3 ans de cela »
P. 73 : Paul et Kat ont réquisitionné l’oie

Les lieux

L’histoire se déroule au front, dans les tranchées allemandes.

V) Les grandes péripéties du schéma narratif

De la page 5 à 119 : Alternance entre le front, dans les tranchées, et l’arrière

De la page 120 à 142 : Permission de PaulBäumer. Il peut rentrer chez lui et voir sa famille pendant une dizaine de jours.

De la page 143 à 151 : Paul Bäumer est envoyé dans le camp de la Lande. Il fera des rencontres avec des prisonniers Russes.

De la page 151 à 189 : Paul retourne au front

De la page 189 à 202 : Paul et son ami Albert, blessés, sont envoyés dans un hôpital catholique où ils se feront soigner.

De la page 203 à220 : Paul et Albert, guéris, retournent au front et revoient leurs amis.

VI) Le dénouement

Une fois sortis de l’hôpital catholique, Paul et Albert Kropp retournent au front. Au cours d’une grande offensive, les camarades de Paul se font tuer un à un. En octobre 1918, lors d’un accrochage, Paul est tué. L’armée note seulement ce jour là « Rien de nouveau sur le front de l’Ouest ». Le visage dePaul affiche une expression calme.

VII) Les réflexions sur la guerre

Paul et ses amis se demandent comment la guerre a commencée et à qui elle profite. Pour eux, ils combattent pour défendre leur nation mais ne savent pas pour qui exactement, le peuple ou l’état.
P.154 : « Nous sommes ici pour défendre notre patrie. Mais les français, eux aussi, sont là pour défendre la leur. Qui donc a...