A t-on le droit de se venger ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1825 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Philosophie
DM04

Nous avons tous un jour ou l’autre ressentit un sentiment, ressemblant à de la haine, à du ressentiment, c’est le désir de vengeance, c’est vouloir faire subir à celui qui nous a agressé moralement ou physiquement une peine plus ou moins égale. Nous allons donc nous intéresser à la question de savoir s’il est juridiquement légal de se venger, ce qui fera l’objet dudéveloppement dans la première partie, est ce qu’il existe des lois pour la vengeance, jusqu’à quel point se venger est juste ? Puis nous nous demanderons s’il est moral de se venger, ce qui constituera la deuxième partie, le fait de se venger est ce vraiment moral, avons-nous le droit de vouloir infliger à autrui ce que nous même nous n’avons pas aimé recevoir et du point de vue religieux ?

En effet, siquelqu’un nous vole nos économies, ou tue accidentellement dans un accident de la route un être cher, nous aimerions obtenir réparation lorsque cela reste possible, car dans le cas où l’on a perdu un être cher par la faute d’un autre, aucun type de dédommagement ne remplacera l’être. Ici la justice sert à venger la victime, lorsque nous portons plainte pour un vol, c’est bien que nous souhaitonsnous venger, même si le coupable a déjà dépensé toutes nos économies, nous voudrions le voir derrière les barreaux pour qu’il ne recommence plus, et qu’il subisse une peine pour ce qu’il a fait. Il existe un système idéal qui pourrait être une vengeance pour la victime, c’est le système de rétribution des peines, en effet un système rétributif repose sur le l’idée que le mal doit être puni par lemal, c'est-à-dire, que l’on doit punir le criminel par égard pour la victime. Ce principe repose naturellement sur un système de proportionnalité, le criminel perd ses droits dans la mesure où il a lésé la victime. Le principe rétributif implique enfin la possibilité pour la victime d’obtenir restitution : le criminel doit restituer ce qu’il doit à la victime ou la compenser pour le dommage subit.Dans les faits, prenons l’exemple d’un criminel qui aurait volé 30 000 euros, il ne peut pas se contenter de restituer la somme, il doit en outre verser les intérêts, payer les frais de justice, dédommager la victime pour les conséquences de ce vol et être à sont tour privé d’un montant identique. Si le criminel a déjà dépensé la somme il devrait être réduit en esclavage jusqu’au remboursementtotale de la dette. Notre système juridique actuel ne repose pas rigoureusement sur la rétribution des peines dans la mesure où la victime en tant que contribuable, n’obtiendra pas nécessairement restitution et qu’elle devra contribuer aux frais de justice et d’emprisonnement éventuels. Si notre système judiciaire n’est pas purement rétributif c’est parce que l’on considère qu’un criminel porte nonseulement atteinte à la victime mais également à la société et à ses intérêts. Cependant selon la théorie utilitariste, seule l’utilité peut justifier un châtiment, et le système pénal doit avoir pour fonction de dissuader les criminels de commettre des crimes. Si le principe de rétribution des peines est valide, il n’y a aucune raison d’abolir la peine capitale, dans la même mesure où la justicedans un tel système est rendue au nom de la victime et en l’application de la proportionnalité des peines, la victime peut exiger qu’un meurtrier soit condamné à mort. Mais le cas le la peine de mort est dépasse le strict cadre de savoir si nous avons juridiquement parlant, le droit de nous venger.
D’autre part, si l’on veut soit même rendre justice, en allant de notre propre chef se venger, soiten infligeant un dommage physique au criminel ou à sa famille ou un dommage matériel à ses biens, nous nous rabaissons au même niveau que lui, soit au niveau d’un criminel, même si les fins sont différentes les faits sont semblables. Cependant il reste légal de se venger de son propre chef jusqu’à un certains point, par là, on entend le degré de gravité des dommages infligés au criminel pour...
tracking img