C'est la guerre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (675 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
De l’or, oui de l’or ! Tout bon pirate ne pourrait y échapper : l'espérance de toujours gagné plus et la simple possibilité d’une bataille fait bouillonner le sang de ces gens là. Ils ne sont pascomme nous : ils aiment la violence, le sang, le sentiment de pouvoir mourir à tout moment. Ils ne manqueraient aucune occasion pour se battre, tout en ne mettant jamais leur fierté de coté. Vous allezsuivre les aventures du Pavillon Noir sur plusieurs chapitres de son histoire : soyez prêts : ce n’est pas fait pour les enfants de cœur à cause des cruelles actions et d’un impitoyable destin pourtous ceux qui croisent leur route.

C’est dans ces conditions, qu’ils partirent pour escorter un convoi d’un groupe de marchands. Le soutien du peuple local était nécessaire : petit à petit, leshabitants acceptaient les pirates comme maitres des lieux, avec pour seule exigence que leurs conditions de vie s'améliorent. Mille et une richesses les attendaient à la réussite cette quête, et en mêmetemps, une réelle avancée dans le projet. Mais il ne s’agissait que de la partie théorique du plan et il s’avère régulièrement que la réalité est bien différente à ce que l’on pouvait croire. Ilsavaient mis les pieds comme dans du sable mouvant : une fois pris, les ennuies coulerait à flot, et ça ils ne le savaient pas encore.

La suite vous la connaissez. L’ile de la Dispute était le lieu del’accostage. Non loin de la, après quelques minutes de marche, il subissait déjà une attaque suicidaire de la part d’une dizaine de membres de la Horde. Le ton fut donné à ce moment là: la situation étaitplus périlleuse qu'ils ne le pensaient. Petit à petit, ils avançaient vers l’inévitable. Les seuls mots de marchands sur place furent : « Désolé je n’avais pas le choix ».

Une deuxième embuscade,d’une ampleur sans précédent, leur tombât dessus. Un combat, du sang, des blessés, une victoire puis vient la retraite. Ils étaient repartis à Strangleronce dans l’urgence, pour se reposer....
tracking img