C.c. soleil couchant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1186 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire littéraire rédigé : Victor Hugo (1802-1885). Poème VI : « Soleils couchants » (Les feuilles d'automnes).

Structure du commentaire :

I) Quel est le rapport du poète avec la nature ?
* La complicité avec la nature est typique du romantisme.
* La nature semble être immensément grande contrairement à la vie du poète.II) Quel est le rapport du poète avec le temps ?
* La vie du poète est infime par rapport à l'infinité du monde.
* Le soucis du temps qui passe est typique du romantisme.

Le poème « Soleils couchants » appartient au recueil Les feuilles d'automnes. Il a été écrit en 1831 par Victor Hugo. Dans ce texte, le poète exalte ses pensées sur le monde et sur lui-même. En effet, cela esttypique du mouvement littéraire auquel il appartient : le romantisme. Ce mouvement littéraire est apparut au XVIIIè siècle en Grande-Bretagne et en Allemagne puis s'est répandu en France au cour du XIXè siècle aux environs de 1820. Pourquoi ce texte est-il typique du romantisme ? Nous démontrerons d'abord que la complicité avec la nature est typique du romantisme puis nous analyserons lerapport qu'il a avec elle. Ensuite, nous étudierons le rapport du poète avec le temps en montrant qu'il se soucis de celui-ci et enfin, nous finirons en démontrant que cela est également typique du romantisme.

Dans cette poésie, la nature tient une place importante. Elle apparaît ,au contraire du poète, en majesté dans ce poème. De plus, cela est typique du romantisme. En effet, il y abeaucoup de métaphores par rapport à la nature dans ce texte : « le fleuve des campagnes »(vers 11), « les fleuves d'argents » (vers 7) et bien d'autres encore. Le fait de les employer montre que l'auteur a sa propre vision du monde. On se trouve donc dans les pensés du poète ce qui est le principe même du romantisme. De plus, le thème de la nature et de la mélancolie appartiennent au registrelyrique, registre qui est employé pour l'écriture de poésies romantiques. En effet, celui-ci permet entre autre d'exprimer l'exaltation des sentiments, ce qui est le cas ici. En outre, on peut affirmer que cette complicité avec la nature est tout à fait typique du romantisme.
La nature semble être immensément grande contrairement à la vie du poète. Tout le poème concourt à faire du mondecréé un monde absolu où viendraient se conjuguer tous les grands éléments de la nature. L'auteur montre cela en faisant des accumulations : «Sur la face des mers, sur la face des monts, [...] Et la face des eaux, et le front des montagnes »  (vers 6 et 9). Les mots « mers », « monts », « eaux » et « montagnes » sont mit en évidence car ils se situent en milieu ou en fin de vers, ils sont doncaccentués. Cela montre donc que la nature est vaste et diverse. Hugo compare les éléments de celle-ci aux hommes grâce à une personnification. En effet, le mot « face » et le mot « front » font penser respectivement à la face et au front d'un humain. Cela permet à l'auteur de mieux se comparer avec elle. Il se sent d'ailleurs rabaissé par la nature : «Sans que rien en manque au monde, immense etradieux. » (vers 16). Il finit donc par en déduire que son existence est inutile. En outre, Hugo est mélancolique et est conscient que sa vie ou bien la vie d'un homme en général ne représente rien par rapport au monde qui est lui « immense et radieux ». On peut également remarquer que le rapport du poète avec le temps est très important car il compare sans cesse la durer de sa courte vieavec l'infinité du monde.

Le temps a une place importante dans ce texte. Le poète pense que sa vie est infime par rapport au monde qui lui semble infinie. Le premier quatrain de ce poème est consacré à la banalité de la vie. Hugo montre cela grâce à une accumulation des mots à annotations temporelles tels que : « le soir , et la nuit [...] l'aube [...] Puis les nuits, puis les jours, pas...
tracking img