G. gershwin: le cul entre deux chaises

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (919 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
George Gershwin : le cul entre deux chaises—Les Grand Compositeurs

En plein essor, la musique américaine connaît son représentant ultime à partir de 1917-1918 : Georges Gershwin.
Né en 1898 ausein d’une famille d’immigrés juifs ayant fui les pogroms de Russie, Georges Gershwin connaît l’ascension la plus brillante de tout le milieu musical de New York. Partant des bas quartiers (Brooklyn),il finit sa vie dans une somptueuse villa de Beverly Hills.
Le petit George découvre le piano à l’âge de onze ans, lors d’une de ses nombreuses journées d’école buissonnière. Depuis la rue, il entendle son envoûtant d’un instrument à rouleau dans un magasin. Immédiatement séduit, il ne tarde pas à supplier sa mère de lui procurer un piano, ce qu’elle fait tout en lui offrant des cours qu’il suitpendant quatre ans.
Dès lors, chaque semaine, il va écouter les concerts de James Price Johnson, pendant les quels il se nourrit des blue notes du jazz stride. Sa musique s'en trouve très influencée,ce qui explique que Gershwin soit un compositeur bien encré dans son temps.
À l’âge de seize ans, George signe son premier contrat avec Tin Pan Alley (que l’on traduit par L’allée des casseroles enfer blanc), où il est plugger. Son travail consiste à jouer les derniers morceaux en vogue à d’éventuels clients susceptibles d’en acheter les partitions.
Un peu plus tard, les rouleaux pour pianopneumatiques qu’il enregistre pour Perfection Studio influencent sont attaque au piano de manière significative : son toucher très mécanique voire froid (aussi étonnant soit-il étant donné la chaleur desa musique) perceptible dans les quelques disques qu’il a enregistré témoigne d’une activité importante dans le piano-roll.
George écrit déjà un peu de musique durant cette période. La premièrecomposition qu’on lui doit, Rialto Ripples qui tient du ragtime n’est pas sans annoncer le génie musical de George. Une œuvre de jeunesse, certes, mais non sans une étonnante maturité, venant d’un...
tracking img