J'accuse de zola

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1311 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Recherche
Chercher une analyse de texte :
Rubriques
Aidez-moi !
Forum
Maths première
Biologie première
Histoire-géo première
Les TPE
Avertissement
Liens
Oral du bac de français
Méthode
Révisions
Déroulement de l'oral
Matériel à apporter
Texte officiel
Ecritdu bac de français
Accueil
Commentaire
Dissertation
Ecriture d'invention
Questions sur le corpus
Annales
Pour aller plus loin
Biographies
Figures de style
Histoire littéraire
Mouvements littéraires
Vocabulaire première
Discours rapporté
La poésie
Le roman
Lethéâtre
L'apologue
Les registres
L'argumentation
La narration





















Introduction

J'Accuse…! est le titre de l'article rédigé par Émile Zola lors de l'affaire Dreyfus et publié dans le journal L'Aurore (13 janvier 1898). L'article est présenté comme une "lettre ouverte au Président de la République" (le président étaitalors Félix Faure). Au travers d'un véritable pamphlet accusateur, la contestation d'une décision de justice au nom de valeurs universelles, l'écrivain décide de s'exposer publiquement, afin de comparaître aux assises pour qu'un nouveau procès, plus indépendant, puisse se dérouler. C'est cet article qui relance l'affaire Dreyfus, au moment où, le véritable coupable (le commandant Esterházy) étantacquitté, tout pouvait sembler perdu pour le camp dreyfusard. Cet article représente le symbole de l'éloquence oratoire et du pouvoir de la presse mis au service d'une cause juste et généreuse.

Le passage que nous étudions est la conclusion du célèbre article. Cette conclusion est précédée d'une argumentation détaillée. La conclusion est en quelque sorte la récapitulation synthétique del'argumentation qui précède.

Annonce des axes


Commentaire littéraire

I. La contestation d'une décision de justice au nom de valeurs universelles

1) Thèse du texte :

La thèse défendue par Zola se dégage clairement des champs lexicaux dominants : le champ lexical du mensonge puis le champ lexical de la vérité. Ce sont deux champs lexicaux opposés correspondant à deux parties distinctes dans letexte.
Dans la première partie (les accusations), champ lexical du mensonge domine nettement : « mensongers », « frauduleux », « égarer l'opinion », «acquitter sciemment un coupable » auquel on peut associer le thème voisin de la dissimulation : « une pièce restée secrète » et de l'illégalité : « violer le droit », « illégalité », « crime juridique ».
Dans la deuxième partie (l'engagementpersonnel), le thème de la vérité revient avec insistance. Emile Zola s'engage à « hâter l'explosion de la vérité et de la justice », apporter la « lumière » (métaphore conventionnelle de la vérité), traiter l'affaire « au grand jour » (toujours la même métaphore de la lumière).

Ainsi, la thèse défendue par Zola est que le Capitaine Dreyfus à tort a été condamné lors d'un procès truqué et que lavérité doit maintenant être faite.


2) Zola résume ses principales accusations :

Cela correspond à la première partie du texte étudié.

Les différentes accusations portées par Zola sont facilement repérables :
L'anaphore de « j'accuse » permet de dénombrer huit accusations.
La division de cette première partie du texte en paragraphes, chaque paragraphe correspondant à une cible différente.3) Zola exprime les valeurs qui sous-tendent son réquisitoire :

Cela correspond à la seconde partie du texte étudié.

De façon métaphorique le plus souvent, Zola laisse transparaître les valeurs au nom desquelles il ose remettre en cause une décision de justice. Le paragraphe allant de « Je n’ai qu’une passion » à « au grand jour ! » permet de dégager trois idées.
D'abord, par sa «...
tracking img