J'ai cueilli cette fleur pour toi ; analyse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1202 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1 Une lettre d'amour à Juliette
"J'ai cueilli pour toi cette fleur dans la dune. C'est une pensée sauvage qu'a arrosée plus d'une fois l'écume de l'océan. (.) Et puis, mon ange, j'ai tracé ton nom sur le sable : DIDI. (Diminutif de Léopoldine). La vague de la haute mer l'effacera cette nuit, mais ce que rien n'effacera, c'est l'amour que ton père a pour toi (.) ". Ce sont les termes d'unelettre que Victor Hugo adressa à sa fille âgée de 13 ans, le 3 septembre 1837. En écho à cette lettre, c'est un poème identique que Victor Hugo écrit ici, au retour de l'île de Serk, et qu'il adressera ensuite à Juliette accompagnée de cette fleur qu'il cueillit. La différence, ici, c'est que la fleur n'est plus cueillie sur une dune, un endroit familial où jouent les enfants mais sur une colline, unendroit isolé, abrupt, dangereux mais aussi plus intime. Le manuscrit est daté du 31 août 1852, soit 3 ans plus tôt que la date portée dans le recueil, 3 ans, le même délai que mit le poète avant de se rendre sur la tombe de sa fille Léopoldine, et qui amplifie l'écho de cet amour qu'il porte à sa maîtresse. La fleur symbolise l'amour éternel, l'enfant cueille des fleurs dans la nature pour lesoffrir à ses parents, l'amoureux offre des roses, on dépose des fleurs au cimetière sur la tombe des disparus qui vous ont été chers. Le poème a été écrit au retour de l'île de Serk, au nord de Jersey, juste à coté de Guernesey, c'est aussi l'île la plus solitaire et la plus fermée des îles anglo-normandes où il est exilé.
2-L'amour et l'unité du monde
Les nombreuses personnifications du poème nesont pas de simples figures de style mais l'expression d'une communion fusionnelle, animiste avec la nature. L'aigle connaît, L'ombre baignait, le flot s'incline, la fleur est pâle, elle croit paisible, les toits craignent . "Ecoute bien. C'est que vent, ondes, flammes, arbres, roseaux, rochers, tout vit ! Tout est plein d'âme" écrit Hugo dans "Au bord de l'infini", VI-XXVI. La nature est une forcequi crée la sienne en retour, tout souffle, tout rayon propice ou fatal fait vibrer son âme de cristal. Hugo a une vision panthéiste de l'univers, un tout divin, dans laquelle la conscience universelle est souvent comparée à l'océan, qui sous des formes diverses, vagues, nuages, neige, ne forme qu'un tout et où tout retourne. Du haut de son promontoire, dominant la mer, le poète marqué par ledeuil dans cette dernière partie des Contemplations tient à insérer ce très beau poème d'amour à Juliette. Dans les épreuves difficiles, l'amour sauve du désespoir en ce qu'il partage la tristesse et s'accorde à la nature sauvage comme à la nature harmonieuse. Hugo est un romantique, et chez lui tout part du cœur pour aller au cœur, il s'émeut du sort du pauvre comme de celui de la pauvre fleur. Ilva donc la cueillir, la saisir avec amour et précaution pour l'adresser à un autre cœur, qui palpite pour lui, celui de Juliette où elle finira ses jours, fanée. Hugo se sert des correspondances chères à Baudelaire qui voit "La nature comme un temple où de vivants piliers laissent sortir de confuses paroles". Les alexandrins au rythme souple et équilibré donne à son poème l'harmonie nécessaire pourjustifier la dure loi du temps et du destin. "L'amour fait comprendre à l'âme, l'univers, sombre et béni ; Et cette petite flamme, seule éclaire l'infini" écrit le poète en vers impairs emprunts de déséquilibre en II-XXV, pour mieux exprimer sa tristesse. La colline sur laquelle il a pris place, est battue par les vents, hostile, l'âpre escarpement lui renvoie une impression désagréable, queprolonge l'amère senteur des goémons. Comme par enchantement, il y pousse une petite fleur, paisiblement, en harmonie avec son milieu. La colline émoussée par les ardeurs du vent s'incline comme en signe de remerciement, d'admiration. Sous la force des vagues, la colline résiste, sort victorieuse et prend la forme d'un arc de triomphe, monument érigé pour commémorer une victoire. Âpre escarpement,...
tracking img