J'ai (très) mal au travail

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1957 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
J’ai très mal au travail !





Sommaire

I. Introduction 3
II. Le mal-être, c’est quoi ?? 4
III. Le mal-être au travail et moi 5
IV. Conclusion 6

I. Introduction

Ce rapport a pour objectif principal d’être une synthèse concernant mon ressenti sur le mal au travail.

Nous avons en effet, lors des cours de « Travail en Equipe », visionnés un documentaire de Jean-Michel Carréintitulé « J’ai très mal au travail » et qui traite, comme son nom nous l’indique aisément, des soucis de stress, de harcèlement, de violence, de dépression, voir même de suicide, qui sont, semble t’il de plus en plus fréquents et courants dans le monde du travail.

Nous avons donc dans ce film pu voir différentes personnes, qui témoignaient tous sur le problème du mal-être au travail. Il yavait de simples ouvriers dans une manufacture de tissu qui nous racontait leur expérience, mais également des psychologues, des médecins, des politologues, des ex-employés, des membres de syndicats bref, un peut tous les corps de métiers étaient représentés, qui racontaient eux aussi leur rapport au mal-être au travail.

Dans un premier temps, je vais vous faire une rapide description de ce qu’onentend par mal-être au travail, le tout appuyé par quelques exemples. Je vous donnerais par la suite mon point de vue sur ce film, ainsi que sur le mal-être en règle générale, accompagné d’exemples provenant de mes expériences personnelles et professionnelles.

II. Le mal-être, c’est quoi ??

Avant de vous parler de mon ressenti concernant ce film, je pense qu’il est important de définir cequ’est exactement le mal-être au travail.

Le mal-être au travail, comme rapidement expliqué dans mon introduction, c’est un état d’esprit négatif dans lequel est le salarié, qui peut provenir de plusieurs choses :
- Des soucis avec la hiérarchie
- Des soucis avec le travail à fournir
- Des soucis physiques
Tout cela peut conduire le salarié jusqu’à un état de dépression avancée qui l’obligeà se mettre en arrêt maladie. Certains vont même jusqu’à penser au suicide, aux meilleures manières d’en finir. C’était le cas d’une journaliste dans ce film qui nous raconte qu’elle n’avait à l’époque qu’une seule idée en tête, se jeter du haut d’un pont, d’une fenêtre, mais en finir. Et puis il y a ceux qui vont jusqu’au suicide. Ce fut le cas récemment chez France Télécom par exemple, ou prèsde 25 salariés se sont suicidés, à cause du climat au sein de l’entreprise. Cependant, on en n’arrive pas forcément à cet extrême à chaque fois. Une enquête menée par Sylvie Catala a révélé l’impact négatif sur la santé des salariés des méthodes de management mises en œuvre dans cette société à partir de 2005. En effet, la gestion des ressources humaines a été basée sur le principe de la mobilitéet de l’adaptation permanente, ce qui a crée au sein du personnel un sentiment de perte d’identité et un mal-être dont les dirigeants devaient nécessairement avoir conscience (source : http://blogs.senat.fr/mal-etre-au-travail/).

Des fois, le mal-être au travail peut être aussi dû à un harcèlement, qu’il soit moral ou physique d’ailleurs, de la part de ses supérieurs hiérarchiques. Ca peut êtreaussi dû à un stress intense, car il faut, par exemple, que l’entreprise ait des résultats, et ce au détriment de la santé physique et moral de ses employés.

Le mal-être peut aussi se déclarer à la suite de la perte d’un emploi. Ce fut par exemple le cas de beaucoup d’ouvriers et ouvrières de chez Moulinex. Lorsque la boite a fermé, les employés y avaient pour beaucoup passé 30ans de leur vie,ils n’avaient aucun diplôme, juste une solide expérience. Or, sans diplôme, à 50ans, et plus particulièrement pour des femmes, il est plus qu’ardue de retrouver un travail. Ces personnes là ont eu l’impression de consacrer toute leur vie à une entreprise qui n’a rien fait pour eux au final en retour, et c’est là qu’un mal-être peut s’emparer d’eux aussi.

Le mal-être au travail peut aussi...