J'aime

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (737 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 novembre 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
_uçàplol;j ik,iliejkiutlkuilioumnliouml


gfbuodysgfv_regfverygtytrgbotgbrvtrvbgutbrgytrvtbrbg















































uyjyrntjhnyinfhuytTopics
* Musique: Camille Saint Saens: Crto Piano 2 Mvt2 (Transcription Litz)*
Événements de l'époque :: La vie des Auteurs :: Les contextes

9:34 | Lundi, 10 Novembre 2014
A Léane
Qui sommes-nous, perdus comme un sanglot d’écume
Parmi les fleuveslas où saignent nos élans?

(Cliquer Ici Pour Le Poème: Le zenith.)








A Léane.
Par Thierry Cabot

Editions ÉLP








Au feu de quelle étoile, à l’or de quelle rive,Avons-nous quelquefois réchauffé nos pieds lourds ?
Dans quel espace vain flottant à la dérive
Et rongé par la lèpre invisible des jours ?

Qui sommes-nous, perdus comme un sanglot d’écume
Parmiles fleuves las où saignent nos élans ?
Qui sommes-nous, tachés de soleil et de brume
Et si riches de dons et de voeux chancelants ?

Adieu ! beaux rires clairs, adieu ! fauves haleines ;
Adieu !soupirs mêlés sous le ciel enjôleur.
La joie aimante éclate avec ses ruches pleines
Mais la mort est tapie au fond de chaque fleur.

Ah ! ne savons-nous pas que tout se décompose,
Que l’aube courtdéjà, tremblante, vers le soir,
Que nous ne respirons jamais la même rose,
Que tout succède à tout et se fond dans le noir ?

Matins frais ! lisses doigts ! épopée ivre et tendre !
Nos aveuglesdestins filent d’un pas têtu.
Balayés ! les coeurs fous toujours prêts à s’éprendre,
Enfuis ! les mots soufflés en un chant qui s’est tu.

Hélas ! comment peut-on, la paupière défaite,
Laisser...