L’influence de l’attention divisée sur les processus mnésiques conscients et inconscients en situation d’amorçage de nouvelles associations

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 58 (14351 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

La mémoire est un domaine de recherche considérablement sollicité en psychologie cognitive. Alors que des définitions trop réductrices lui attribuaient uniquement une fonction de témoin de notre passé, le développement de la neuropsychologie a permis de lui attribuer un rôle bien plus important : la mémoire influence, modifie de façon majeure notre attention et nos états deconscience. Le passé n’est plus son unique champ d’action : avec les connaissances acquises, nous nous adaptons au présent et anticipons l’avenir. En partant de ce constat, la littérature cognitive a voulu modéliser les différents états mnésiques en s’appuyant essentiellement sur la pathologie. Progressivement, deux grands courants se distinguent et s’opposent quant au rapport système/processus.Effectivement, les structuralistes n’envisagent pas « une mémoire » mais «  des mémoires », régissant chacune dans un système, tandis que les fonctionnalistes adoptent une vision unitaire du phénomène. Selon ces derniers, les dissociations expérimentales ou cliniques ne sont que la résultante de différents processus. Dans le champ de la conscience mnésique, il est communément admis qu’un test directmesure l’expression consciente de la mémoire (mémoire explicite), tandis qu’un test indirect est utilisé dans l’optique d’apprécier les manifestations inconscientes de la mémoire (mémoire implicite). Toutefois, de part ces lacunes méthodologiques, un test direct ou indirect renvoie nécessairement à une combinaison de processus conscients et inconscients. Ainsi, Jacoby en 1991, grâce à la procédure dedissociations des processus (PDP) a proposé une mesure quantitative de ces deux formes d’expressions en une seule tâche.
L’implication des processus attentionnelles dans l’encodage et la récupération des informations mnésiques est aujourd’hui admise. En effet, les études s’intéressant au lien entre mémoire et capacités attentionnelles ont montré une baisse des performances mnésiques lorsqu’unindividu devait distribuer ses ressources attentionnelles entre plusieurs tâches. Cette constatation ne concernait cependant que la mémoire explicite. Ainsi la manipulation de l’attention que ce soit en encodage ou en récupération des informations implicites n’altère pas les performances. Cela a été mis en évidence avec des tests indirects mais aussi grâce à la PDP. Néanmoins, ce phénomène ne faitpas de consensus parmi les chercheurs. Compte tenu que la mémoire implicite se manifeste expérimentalement via l’amorçage perceptif et/ou par l’amorçage conceptuel, des différences ont pu être observées selon le type d’amorçage principalement concerné.

L’objectif principal de ce travail est donc d’apporter des informations permettant de reconsidérer l’indépendance attention/mémoire implicite.Nous aborderons, dans un premier temps, les appuis théoriques permettant de justifier notre approche avec les différents modèles de la mémoire, l’attention vue dans une perspective cognitive avec sa relation avec la mémoire. La deuxième partie, purement expérimentale, expose la méthodologie nécessaire à notre étude et les résultats obtenus. Enfin, nous présenterons une discussion des résultatsen regard de notre problématique et nous clôturerons par une conclusion générale de ce mémoire.

Première Partie : Justification Théorique

Les fondements théoriques de la mémoire.


Les phases d’acquisition des informations

La première phase d’acquisition des informations est dite d’encodage, elle transforme les informations sensorielles (auditives, visuelles,olfactives, tactiles) en représentations mnésiques. L’encodage peut être non-conscient ou conscient. Cependant nous ne stockons pas à long terme tous les stimulus provenant de nos entrées, certains disparaissent alors que d’autres persistent pendant un laps de temps variable. Ce maintien en mémoire est une troisième phase appelée phase de consolidation. La troisième phase, nommée récupération, est la...