L’intervention de l’etat dans l’économie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (507 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’intervention de l’Etat dans l’économie

D’après l’économiste classique A. Smith (1723-1790), fondateur de l’Ecole Classique, le marché s’autorégule sans qu’il ait besoin d’intervention del’Etat, comme si une « main invisible » coordonnait les activités multiples des individus.

Il est intéressant de voir en quoi la non intervention de l’Etat dans la sphère économique permet au marché defonctionner librement et en quoi cela est-il efficace ?

Pour ce faire, nous verrons dans un premier temps que dans l’économie libérale le marché s’autorégule automatiquement mais qu’une nuance peutêtre apportée car l’Etat peut apparaître comme nécessaire.

I. Dans l’économie libérale, le marché s’autorégule automatiquement sans action intempestives de l’Etat qui dérèglerait cette bellemécanique

A. Le prix d’équilibre

Dans le modèle de concurrence pure et parfaite, aucun agent n’est assez important pour peser sur la fixation des prix. C’est donc le rôle du marché de déterminer leprix d’équilibre.

Toutefois, le rôle du marché ne se limite pas à la détermination du prix d’équilibre. En effet, l’activité économique est toujours en mouvement et les prix se modifient sanscesse.

B. Le marché auto régulateur

La régulation par le marché est efficace sans intervention de l’Etat. La poursuite de chacun de son intérêt conduit naturellement et automatiquement au meilleurétat possible pour l’économie. Dès lors, l’intervention de l’Etat est non seulement inefficace mais plus encore néfaste en ce sens qu’il perturbe les lois du marché et les calculs économiques desagents. Cette économie est qualifiée de libérale.

En matière économique, certains ajustements sont nécessaires : l’équilibre du commerce extérieur, la stabilité des prix, le plein emploi sontgénéralement recherchés. Dans la logique libérale c’est au marché que revient d’abord ce rôle de régulateur : la flexibilité des prix en principe, le maintien des grands équilibres…

II. Certes, mais...