L’obéissance est-elle nécessairement contraire à la liberté ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1281 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Philosophie

Sujet : L’obéissance est-elle nécessairement contraire à la liberté ?

On peut définir la liberté comme l’absence de contrainte dans l’action. En ce sens, tout être pouvant agir de lui-même peut agir librement. Néanmoins, l’animal ne fait que suivre ses tendances, ses désirs, tandis que l’homme, par la volonté, est capable de les réfréner et d’agir en fonction d’autres motifs.En ce sens, seule l’action humaine peut être dite libre. On peut néanmoins contester cette différence, c’est-à-dire refuser l’idée d’une liberté de la volonté ; c’est ce que fait Hobbes lorsqu’il affirme que la liberté se définit exclusivement par l’absence d’obstacles.
C’est obstacle peuvent être représentés par des contraintes telles que l’obéissance. L'obéissance ou soumission à l'autorité estl'une des formes de l'influence sociale. En psychologie sociale, on parle d'obéissance quand une personne adopte un comportement différent parce qu'un autre individu, perçu comme une source d'autorité, le lui demande. Dans son expérience de soumission à l’autorité Stanley Milgram, psychologue américain, amène des gens normaux à infliger des chocs électriques de plus en plus forts à un autre sujetqui supplie d'arrêter l'expérience puis crie et se tait, comme s'il était victime d'un malaise. Parmi les personnes qui doivent infliger les chocs électriques, certaines sont troublées par les cris de douleur et demandent à arrêter l'expérience mais d'autres n'en tiennent pas compte et continuent à infliger des chocs électriques de plus en plus intenses car l'ordre de continuer leur a été donné.On appelle nécessaire ce qui ne peut pas ne pas être, ou qui ne peut pas être différent et contraire ce qui est en opposition, comme le froid et le chaud.
La liberté se retrouve parfois enclavée par des restrictions et des obligations. Y obéir serai se limiter et donc diminuer cette liberté, de se fait il semble évident que l’obéissance est contraire à la liberté. Pourtant dans notre sociétél’obéissance de l’un va permettre la liberté de l’autre. Cette ambiguïté nous permet alors de nous demander si la l’obéissance est une contrainte à la liberté ou si elle mène vers une liberté équitable pour tous ? Nous fait-elle toujours renoncer à notre liberté ?
La restriction de notre liberté par l’obéissance fera l’objet de notre première étude. Nous poursuivrons par l’obéissance conditionne laliberté.

A première vue nous pourrions dire que l’obéissance est contraire à la
liberté, en effet ces deux termes sont déjà opposés par leur définition respective. L’obéissance est définie par la soumission à une règle donnée or la liberté est définie par sa volonté indépendante, on ne peut se considéré comme libre s’il on est dans l’obligation de respecter des règles qui vont à l’encontrede notre volonté. Se soumettre à une règle, un ordre, la volonté d’un ou plusieurs individu nous porte vers une impression d’esclavage. L’élève qui doit obéir à son professeur ainsi qu’à l’administration de son établissement n’est pas libre et a même certain devoir en tant que membre de la communauté étudiante.
Dans le même principe dans le corps militaire, en fonction du grade, on devra obéir auxordres de personnes ayant un rang plus élevé que nous et ce même contre notre volonté.
L’enfant mineur n’est pas responsable de ses actes et du même fait il n’est pas libre puisqu’il doit obéir et rendre compte à ses parents.
De plus vivre en société donc avec d’autres personnes qui nous entourent nous force à avoir une attitude respectueuse, en effet dans les fondements même de la société s’ilon fait référence à l’article 4 de la Déclaration Des Droits de l’Homme et du Citoyen créé le 26 aout 1789 « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la...