L’organisation de l’entreprise.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1602 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CHAPITRE 1 :
L’organisation de l’entreprise.

I. Les différentes approches.
L’entreprise est une entité à vocation économique dont l’objet est la production de biens et services marchands, destinés à être vendu à un certain prix sur le marché. Elle constitue une cellule décisionnelle et organisée. Elle se distingue des autres acteurs économiques par la production de biens ou leurcommercialisation et de services marchands.
Elle le fait dans un but de profit, ses principales ressources sont financières (capitaux) ; humaines (salariés) ; physiques et technologiques. Ses finalités sont tout d’abord économiques : son profit sa croissance. Ou pas directement économique : maintien de l’emploi, intérêt général).
Elle se définit souvent comme un nœud de contrats : groupement contractueld’individus dont la coopération est vitale. C’est une construction sociale, son organisation est primordiale. Elle n’est pas indépendante de son environnement, elle a une fonction de répartition des ressources (distribution d’un salaire), de sa production ; elle est aussi influencé par son environnement, direct (rapport avec employeurs, fournisseurs…) et indirect (au travers du contexte économiquepolitique et social).
D’un point de vue théorique, on a plusieurs approches :
• Les néo-classiques considèrent l’entreprise comme un agent économique qui réalise des transactions marchandes, fluides et transparentes. Basée sur la concurrence pure et parfaite, c’est un modèle parfait dans lequel il n’y a aucune imperfection.
 Les agents n’ont pas d’action directe sur les prix : l’atomicité dumarché (grand nombres d’offreurs et demandeurs)
 Une information parfaite doit être partagée par tous
 Les produits doivent être homogènes pour être comparables
 Il y a une libre circulation des biens et des personnes.
Le comportement de chacun est rationnel. Les prix sont uniquement déterminés par la confrontation d’offre et demande. Le recours au marché va impliquer les coûts detransaction. L’entreprise peut se substituer au marché quand les coûts d’organisation de l’entreprise sont inférieurs aux coûts de transaction directs du marché.
Ils sont liés à trois éléments :
o la spécificité des actifs,
o la fréquence des contrats,
o l’incertitude.
La théorie des coûts de transaction va justifier l’existence et le recours à l’entreprise comme un moyen de réduire les risquesd’opportunismes et d’incertitudes et de transaction sur un marché.

II. Les théories des organisations :

• Théories classiques : pour Taylor (1911) la performance de l’entreprise repose sur l’OST qui sépare les tâches de conception et d’exécution. Entre des experts qui trouvent les meilleures façons d’organiser la production : il s’agit de diviser le processus en tâches simples etstandardisées, réalisées par des ouvriers peu ou pas qualifiés. Cela permet une augmentation de la productivité des opérations de productions, mais rend couteux humainement la tâche.
• Fayol en 1916, fonde les bases du management selon lesquelles une bonne gestion implique une division claire des fonctions et le respect de grands principes.
• Weber en 1909, identifie l’organisation bureaucratique desentreprises qui fonctionnent selon des procédures formalisées et des fonctions spécialisées et légitimes, rationnelles et légales. La structure traduit la manière dont est organisée la répartition des tâches : modes de coordination et le pouvoir dans une organisation cette structure peut favoriser une circulation de l’information verticale (la hiérarchie) ou horizontale (la coordination). La structuremet en forme les attributions de chaque service et les tâches de chacun, elle définit les liens hiérarchiques, la répartition des responsabilités et les modes de transmission de l’information entre les services et entre les individus. Cette structure doit servir les objectifs de la firme et être évolutive, s’adapter vers plus de décentralisation (répond à un manque de réactivité ou de...