L'école des femmes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (634 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire composé

La scène 1 de l’Acte 1 de L’école des femmes de Molière, met en relation les différentes opinions d’Arnolphe et de Chrysalde. C’est en 1662, que Molière a composé cetteœuvre lorsqu’il travaillait pour Louis XIV. Le Roi, encore jeune, souhaitait des spectacles différents de l’époque. Molière, dans cette pièce comique fait donc passer par Arnolphe (le personnageprincipal), la misogynie exagérée des hommes au XVIIème siècle. Dans la scène d’exposition de l’acte I scène 1, Arnolphe fait le portrait de la femme idéale tout en gardant un esprit comique.
La problématiques’interrogera sur les raisons de l’importance de ce passage. Le plan suivra deux grands thèmes, dans premier temps, les caractéristiques de cette scène d’exposition puis dans un deuxième temps,celles du discours argumentatif.


La scène d’exposition d’une pièce de théâtre est la première scène, du premier acte, cependant, elle peut durer jusqu’à plusieurs scènes… Elle fournit les élémentsnécessaires à la compréhension d’une situation initiale. Elle est soumise à des règles qui consistent à présenter l’action, le lieu, le temps et les personnages de façon claire et intéressante, elledoit être entière et courte. Ici, la scène d’exposition va informer le spectateur sur le thème de la pièce entière. Cette scène d’exposition se déroule dans une place publique, en fin d’après-midi.Nous avons affaire à deux personnages : Arnolphe, le protagoniste de la pièce, un homme de quarante-deux ans, discute avec son ami Chrysalde. Ils opposent leurs idées sur la femme idéale à épouser.Selon Arnolphe, « épouser une femme sotte est pour n’être point sot » vers 82, il veut dire par là qu’une femme non cultivée l’aiderait à ne pas devenir cocu. D’abord, il pense que prendre la maind’une femme intelligente est une très mauvaise idée, il a déjà vu plusieurs hommes épouser des femmes cultivées à qui elles ont fait de l’ombre : « Mais une femme habile est un mauvais présage, […],...