L'étoile noire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3293 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La pointe noire
ou l’étoile mystérieuse

Tous les chemins, paraît-il, mènent à Rome. Si Rome n’existait pas, on devrait en inventer le chemin. Chaque voyage existe. Alors, tous les parcours méritent d’être raconté. V...M..., et vous tous, mes FF..., en vos grades et qualités,

J’aimerais, ce soir, tenter de vous décrire un chemin, le mien. Chemin qui, par miracle, a suivi le pointillé d’unefigure : celle de l’Étoile.

L ’initiation, c’est entendu, est une soirée particulière. Ce chemin, les yeux bandés, chaque F... s’en souvient. Peut en parler jusqu’à plus soif. Mille agapes n’y pourraient suffire. On chemine, les yeux bandés. La peur est là. Mais circoncise, par l’amour et la fraternité, que l’on sent pour la première fois. La bienveillance. Le jour vient où, très vite – tropvite ? – on devient compagnon. A-t-on compris l’enseignement ? Sait-on pourquoi on se tait, et de quoi on parle ? Augmentation de salaire. Ces deux mots prennent du sens, au fur et à mesure de nos voyages intérieurs. Augmentation – salaire. Nous ne sommes plus dans la découverte d’un monde, merveilleux. D’un paradis trouvé. Mais dans le gré à gré. Suis-je légitime au sein de ma R...L... ? Ce F...mérite-t-il de grandir ? Cette soirée a fait chavirer la coque qui, je le pensais, soutenait mon navire. On avait touché terre, on s’était envolé. J’étais devenu lac, j’avais bu la ciguë. On nous enseigne les Arts Libéraux. Sept. Et le cinquième d’entre eux est la géométrie. Cinq, quel hasard… L de mon âge. ’art

L du tracé. ’art

– Que vous enseigne la géométrie ? L’Art de la mesure. « Que nuln’entre ici s’il n’est géomètre » Le manuel d’instruction pour le deuxième grade symbolique nous enseigne ainsi qu’à la question de savoir à quelles tradition et démarche intellectuelle se rattachent les Fondateurs de notre F...M..., « Le deuxième des grades symboliques donne une réponse forte, claire, essentielle : la géométrie ». Une géométrie comprise ici comme quintessence ou modèle de laScience, connaissance fondée sur la raison et vérifiée par l’expérience. Mais il y est dit également que la tradition dans laquelle s’inscrit la F...M... spéculative refuse de réduire la connaissance à la seule recherche intellectuelle. Que c’est une tentative, encouragée par la raison, du dépassement de la raison vers l’amour. Il existe une géométrie qui ne se contente pas de mesurer le monde selonune division mécaniste. C’est la géométrie sacrée, science du compagnon. Dans son Livre du Compagnon, Pierre Dangle la décrit comme une « Science de la formulation et de la construction de ce qui touche au sacré ». Apprise de manière empirique, le jour sur les chantiers, le soir en L..., où les compagnons opératifs pratiquaient le Trait sous la conduite d’un Maître. « Elle sert au Compagnon – nousdit Pierre Dangle – à rassembler tous les éléments pour en faire un chef-d’œuvre (…). Pour l’exprimer, il doit trouver son propre chemin, façonner ses propres outils. »

Deux moments particuliers me reviennent, lorsque je repense à cette soirée. Tout d’abord, la première fois, où, parmi vous, j’ai marché seul. Où j’ai arpenté le Nadir, qui, a mieux y regarder, formait une figure. Géométrique.Une règle, non graduée, une équerre. Il n’est pas besoin de graduer pour édicter la règle ; elle est libre et consentie. Chacun y met les millimètres qu’il souhaite. Une équerre non plus n’a pas besoin d’être

graduée. Ce sont deux doigts, infinis, de l’Orient à l’Occident, qui jalonnent notre chemin. Pouce, majeur, annulaire, il y a cinq doigts à nos mains, cinq raisons de se déprendre desbracelets qui enserrent nos poignets. Un seul motif de marcher, libre. De marquer le pas, pour prendre l’angle, de coin, en face.

Un souffle, terrible, expert. Qui donne la vie. À un G, au milieu de l’Étoile. Enfin, l’Étoile est révélée au futur Compagnon. Révélée, au sens photographique du terme, comme une figure apparaitrait sur la feuille de papier plongée dans le révélateur. On a l’habitude...