L'économie est-elle un bien public mondial ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2509 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« L’économie est elle un bien public mondial ? »

La notion de bien public mondial, encore inconnue il y a dix ans, s’est désormais affichée au cœur des débats de réflexion et discussions économiques dans les domaines touchants les relations internationales et le développement. Ce type de bien se caractérise par les principes de non-rivalité et non-exclusion, c’est-à-dire qu’il bénéficie à tousde la même manière et que la consommation de ce bien par un individu ne diminue par pour autant sa consommation par un autre.
Parallèlement, l’éducation, qui se définit comme l’apprentissage et le développement de capacités physiques, psychiques et intellectuelles, trouve également sa place dans notre monde actuel dans la mesure où elle permet à l’individu d’être conscient de ses droits etdevoirs et de trouver sa place au sein de la société. De nombreux acteurs militent pour que l’éducation devienne un droit accessible à tous et pour qu’elle profite de manière égale à chaque individu.
Or peut-on affirmer que cela est réellement le cas aujourd’hui et que l’éducation est un bien public mondial ?
Nous verrons tout d’abord que l’éducation constitue bien un bien public mondial puisensuite que ce bien rencontre toutefois des difficultés.

Le principe de bien public mondial et celui de l’éducation concourent certes tous les deux à l’intérêt général mais pour cela il est intéressant de s’arrêter à une définition plus précise de ces deux termes afin de pouvoir en étudier ensuite le lien.

Pour analyser un Bien Public Mondial il faut s’intéresser à ses caractéristiques toutd’abord, ses enjeux ensuite, et son système de production enfin.
Un bien public selon la vision minimaliste, se caractérise par deux principes: tout d’abord par celui de la non-rivalité ce qui signifie que sa consommation par un individu n’empêche pas sa consommation par un autre, ensuite par celui de la non-exclusion c'est-à-dire qu’il n’est pas possible d’empêcher une personne de consommer ce bien ;il bénéficie donc à tous de la même manière.
Un bien public signifie qu’il est collectif, il n’est donc pas divisible et ses coûts de production ne peuvent pas être imputés à un individu en parties, ce qui rend difficile voir impossible la fixation des prix. On distingue dans les biens publics, les biens publics purs (air pur), quand les conditions de non-rivalité et non-exclusion sontpleinement remplies et les biens publics impurs (biens communs ou biens de clubs) dans le reste des cas.
Le bien public mondial (BPM), en plus de remplir les critères du simple bien public répond également à des critères géographiques qui sont ceux relatifs à la portée géographique de leur externalités c'est-à-dire que ces biens sont accessibles à d’autres pays sans obstacles de frontières et que l’onobserve une solidarité intergénérationnelle, il y a donc une inter temporalité. La consommation de ces BPM par un ou plusieurs des autres pays est identique et une consommation supérieure n’implique pas de coût supplémentaire à l’entreprise.
La notion de BPM est relativement récente puisqu’à réellement été lancée sur la scène internationale dans la fin des années 90s. C’est un thème très importantcar renvoie à la préoccupation des Etats à se soucier de l’intérêt commun de l’humanité par la mise en place d’une coopération entre eux. Cela repose alors sur l’entente entre les pays et la capacité d’écoute afin de trouver ensemble la solution qui aura la combinaison optimale. Ce sont donc des choix et actions communs entre pays qui vont avoir des conséquences sur le bien-être des autres. Ainsiles BPM ont pour but d’améliorer un bien-être global mais cela suppose l’existence d’un gouvernement légitime permettant la mise en place d’une action étatique efficace.
Les BPM étant à la disponibilité de tous, on observe souvent une défaillance de la part des marchés à pouvoir les gérer efficacement. Ils reviennent donc naturellement à la charge de l’Etat.

La notion d’Education...
tracking img