L' apologie de la lâcheté

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1730 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
L' APOLOGIE DE LA LÂCHETÉ

L’évangile selon JUDAS ISCARIOTE...

Tout le monde recherche le bonheur idéal, n’est-ce pas la preuve qu’il demeure introuvable ?

Notre société qui n’entend pas céder au pessimisme semble empiriquement s’acheminer vers un état mythique et extatique du bonheur, en cultivant une qualité essentielle pour l’atteindre : La LÂCHETÉ... Hé oui ! Ne permet-elle pas enfuyant, d’éviter tout conflit familial, social ou professionnel et d’être en accord total avec son environnement ?

La règle est simple : il suffit de donner raison systématiquement à vos interlocuteurs, d’éviter face à ceux-ci toute critique ou contestation tendancieuse, de laisser faire... en laissant entendre sans cesse que vous êtes guidés par l’amour et la tolérance. A ces seules conditions,vous deviendrez l’ami de tous !

Si, d’aventure, on vous reprochait votre manque d’engagement, de responsabilité et d’esprit critique, il vous suffirait de déclamer haut et fort, que vous êtes respectueux de la personnalité d’autrui et que vous ne ferez rien pour en contrarier l’expression.

Cultiver la lâcheté avec délectation et persévérance est la clef "passe-partout " de la réussitetotale. Il faut non seulement être lâche, mais être fier de l’être !

Notre très estimé LA FONTAINE, ne fait-il pas dire par les animaux de ses fables, ce qu’il pense des hommes ? Ne conclut-il pas, par exemple, dans une phrase célèbre du corbeau et le renard : " tout flatteur vit aux dépends de celui qui l’écoute... "

La lâcheté et ses divers attributs : la dissimulation, la tromperie et laflatterie prennent, chez notre fabuliste, une telle dimension esthétique que ses fables touchent à l’art et, qu’à ce titre, elles sont enseignées précocement aux enfants. Vivre aux dépens des autres, en parasite, par la flatterie... Quel merveilleux enseignement !

De nos jours, qui oserait réfuter la valeur pédagogique des fables de La Fontaine ?

L’apologie de la lâcheté doit par conséquentêtre unanime et reconnue comme une qualité sociale primordiale !

Sur le plan sentimental :

La personne que vous aimez ne souhaite-t-elle pas de vous que vous rendiez hommage à sa personnalité, que vous flattiez sa beauté, ses qualités morales et intellectuelles ? N’attend-elle pas également de vous que vous lui affirmiez que, pour vous, elle est la seule au monde et que vous n’existez que pourelle ?

C’est cela la séduction : vous deviendrez aussi indispensable qu’une brosse à reluire pour une paire de chaussures ! Mariés, redoublez de vigilance car vous n’êtes pas à l’abri d’une poussée d’honnêteté, d’une réaction incontrôlée de franchise. Une simple critique pourrait altérer votre bonheur...

Cultivez sans cesse votre ambition : haussez votre intellectualité à la hauteur ouculminent les poils d’une moquette... N’hésitez pas à rivaliser avec le quotient intellectuel d’une courgette ! Ces qualités spécifiques que vous développerez ainsi, sciemment choisies pour les avantages incontestables qu’elles vous apportent, vous mettront à l’abri d’éventuelles rivalités, dangereuses, qui compromettraient votre tranquillité.

La formule est simple ! N’est-elle pas à la portée detous ?

Sur le plan professionnel :

Ouvrez les yeux : les postes clés dans l’entreprise ne sont-ils pas occupés par des adeptes experts de la diplomatie, de la flatterie, de la politesse poussée jusqu'à l’hypocrisie ? Ils ont compris que les qualités intellectuelles, professionnelles, et l’honnêteté n’ont que peu de poids dans la réussite, au regard d’une bonne soumission aux règles de lalâcheté : plus on s’abaisse vis-à-vis d’un supérieur, plus on monte dans la hiérarchie !

Aveuglé par la réussite, cet objectif cardinal est quelquefois perdu de vue par des personnes en place. Là, vous tenez votre chance ! N’hésitez pas à surenchérir par la flagornerie, en vous adressant au supérieur du poste convoité, critiquez votre rival, médisez sans cesse dans son dos, de manière...