L'abbaye de theleme rabelais

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1063 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L'abbaye de Thelène, Francois Rabelais.
QUEL IDEAL DE VIE COLLECTIVE CE TEXTE PROPOSE T'IL ?
HUMANISME - RENAISSANCE

I – UN MICROCOSME IDEAL.

-Une abbaye est un monastère, un lieu saint et religieux réservé aux moines pour le recueillement
et les prières rythmées par le bruit de la cloche
-Mais ici nous avons un paradoxe car cette abbaye accueil des femmes alors qu'un monastère estréservé à des hommes et des jeunes gens ''biens nés et bien éduqué''. On peut donc peut parler
de prédestination car des leurs naissance elles sont dans un un bon milieu donc ils apprennent les
savoirs humanistes
-Les personnes vivant dans l'abbaye sont des archétypes. Cette abbaye est une utopie dans
laquelle passe des hommes et des femmes de qualités, qui perfectionne leur qualiténaturels selon
leurs envies.
-Vision idéaliser des hommes, L31''jamais on ne vit de chevaliers si vaillants, si hardis, si
adroits'', perfection qui touche à l'esprit mais aussi au physique.

-L'abbaye perd sa connotation religieuse puisque les femmes sont admises et que les
thélémites ne passent plus leur temps à prier et méditer. L'abeille s'apparente + à un château.
-L27 ''Ni homme, nifemme qui ne sut lire, écrire, compter'' donc la femme a elle aussi des
droits, elle peut donc aussi s'instruire. Nouvelle conception.

-L'abbaye est caractérisée par sa liberté. Cette liberté est revendiquée dans tout la première
partie du premier § par :
-des parallélismes de construction + opposition : ''toute leur vie était ordonnée non selon
des lois, des status ou des règles maisselon leur bon vouloir et leur libre arbitre''
-par des tournures négatives + répétition : ''nul ne les réveillais, nul ne les
contraignaient à boire, a manger, ni a faire quoi que ce soit''pour insister sur la totale liberté
des gens
-par une énumération de leur activités + parallélisme : ''Ils se levaient quand bon leur
semblait, buvaient, mangeaient, travaillaient, et dormaientquand le désir leur en venaient''
qui crée un échos entre les 2 première phrases.
- Rythme ternaire pour les idées négative : ''Lois, statuts, règles'' et rythme binaire pour les
choses positives : Bon vouloir, libre arbitre .

-Tout ces élément ainsi que l'onomastique de l'abbaye du grec thèlème qui signifie volonté
libre vient préparer le maxime du lieu ''fais ce que tu voudras''.Avec le verbe faire qui est à
l'impératif donc mode injonctif à valeur d'ordre, la seul règle est de suivre son désir ce qui
revient à la liberté puisque la seule obligation est de faire ce qu'ils veulent.
-Eux seul sont capable de répondre à cette maxime car ce sont des êtres de qualité que les
codes sociaux aurait pu pervertir : ''Ces gens la, quand ils sont opprimés et asservis par
unehonteuse sujétion et par la contrainte, détournent cette noble inclination par laquelle ils
tendaient librement à la vertu, vers le rejet et la violation du joug de servitude ; car nous
entreprenons toujours ce qui nous est refusé''.

-Transition : L'abbaye est envisagé comme un petit monde à part, hors du temps, un microcosme dans lequel le lecteur voit évoluer les thélémites.
II –CARACTERISTIQUES ET CONDITIONS DE LA VIE DANS L'ABBAYE.

-Mis à part les activités quotidienne ou nécessaire à la vie de l'homme ''buvaient, mangeaient,
travaillaient, dormaient'' qui sont à l'imparfait à valeur itérative, on remarque que la grande liberté,
l'absence de règle, conduit à une qualité suprême : l'altruisme.
-En effet, les thélémite cherchent à se faire plaisir mutuellement ''Si l'un oul'une d'entre eux
disait : buvons, ils buvaient tous ; s'il disait : jouons, tous jouaient ; s'il disait allons nous ébattre
aux champs, tous y allaient''et même les activités masculine comme la chasse deviennent
collectives puisque les dames y assistent ''s'ils s'agissaient de chasser à courre ou a vol, les
dames, montées sur de belles haquenées suivies du palefrois de guerre,...
tracking img