L'absolutisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 53 (13189 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le 18e siècle est il le siècle des lumières ? Dans quelle mesure ?

Introduction historiographique
Arlette Farge, historienne contemporaine : La vie fragile, violence pouvoir et solidarités à Paris au 18e siècle. Rapports quotidiens entre les parisiens du 18e siècle sous le signe de la précarité de l’existence. Vie précaire ponctuée par des épisodes de violence, difficulté. Vie quotidienne,délinquance dans la ville, contestation du pouvoir, mais aussi liens de solidarités entre Parisiens. Historienne contemporaine qui a renouvelé notre approche du 18e siècle : centre d’intérêts et sources originaux, elle cherche à capter le quotidien des habitants du 18e siècle, à travers la circulation des rumeurs : comment vivaient les français, au delà de la représentation qu’on s’en fait chez lestextes de Philosophes. Rober Darington, historien américain : étudie en particulier la diffusion de l’encyclopédie, en cherchant à aller au delà du texte de l’encyclopédie, pour s’interroger sur son audience : qui a lu, qui lisait et achetait l’encyclopédie, histoire sociale des idées. Les historiens lorsqu’ils s’intéressent aux textes littéraires ou philosophiques, se demandent jusqu’à quel pointles idées ont reçu une écoute à leur époque. Beaucoup d’historiens américains ont renouvelé les études sur le 18e siècle, tradition assez pointue en Amérique, beaucoup de centres de recherche etc. Regards différents de ceux des historiens français : d’une manière ou d’une autre, leur lecture est guidée par l’aboutissement du 18e, on y cherche systématiquement ce qui prépare la révolution ; ilfaut s’en méfier : nous connaissons la fin de l’histoire, mais ce n’était pas le cas des contemporains de Louis 15. Il faut prendre garde à ne pas lire le passé uniquement en fonction de ce point d’arrivée que nous connaissons. Les historiens étrangers, américains, sont peut-être plus à même de le faire. Le rapport du français à la révolution est très systématique, très politique et profond. Onconsidère à tort que c’est par rapport à cet évènement qu’il nous faut considérer le passé. Darington échappe à cette considération.

I. Les cadres du quotidien
    Donner une réalité et un contenu à la société. De quoi parle-t-on lorsqu’on parle de social : démographie, vie quotidienne, population et groupes sociaux hiérarchisés, rapports entre groupes sociaux.

    A. Vivre et mourir
   Jacques Dupaquier, historiens français des 50’s a fait des recherches pionnières en matière d’histoire démographique (comptage, histoire quantitative : quel âge de décès, quel âge de mariage, etc…). Les études de Dupaquier sont formées à partir des registres paroissiaux (feuille 2). Cormeilles est un village pris dans l’Ouest de Paris, dans le Vexin français (entre paris et Rouen), dans lequel on agardé trace des registres paroissiaux du 18e siècle (ni brûlés, ni détruits par les autorités municipales). Ces registres étaient tenus par le prêtre du village (actes de baptêmes, mariage, enterrements). Formules standard utilisées dans tous les registres paroissiaux : ex baptêmes : date et lieu de naissance, nom et prénom de l’enfant baptisé, nom du père et mère, nom de parrain et marraine.L’obligation de baptême existe, on s’arrange pour faire baptiser immédiatement les nouveaux nés ; car on sait parfaitement qu’ils peuvent décéder rapidement, mortalité infantile considérable. On baptise le plus tôt possible, pour les faire entrer dans la communauté des chrétiens. Avant la révocation de l’Edit de Nantes, seul le prêtre est habilité à enregistrer les baptêmes. Le pasteur a le droitd’organiser le culte protestant mais les actes catholiques se font nécessairement par le prêtre.  Les prénoms de l’acte de baptême sont marqués par le christianisme, ils ne sont pas originaux (c’est au 20e siècle que des prénoms originaux se développent, marquant la séparation avec la religion chrétienne). Au 18e, on donne plus les prénoms des parrains et marraines, pour leur signification religieuse....
tracking img