L'acquisition du saint-esprit comme but de la vie chrétienne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2399 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Université de Fribourg Iris Andrey
Faculté de Théologie SA 2009

Saint Séraphim de Sarov et l'acquisition du Saint-Esprit
comme but de la vie chrétienne:
d'après l'entretien avec Motovilov

Travail d'œcuménisme
présenté au professeur Barbara Hallensleben
Introduction
Séraphim de Sarov (1759 – 1833) est un des saints de l'orthodoxie des plus vénérés autant en orient qu'en occident. De savie riche en événements chargés de l'empreinte de Dieu, il laisse des enseignements divers dont un des plus importants, sinon le plus important, est celui concernant l'acquisition de l'Esprit Saint comme étant le but de la vie chrétienne.
Issu d'une famille de marchands de Koursk, ville de province de Russie, ayant grandi dans la compagnie de sa mère et de son frère ainé – sa sœur ainé étantdécédée en bas âge et son père étant mort quand le petit Prokhore, son nom de baptême, n'avait que trois ans – il menait une existence plutôt ordinaire[1], aidant sa famille dans ses affaires, ce que ne lui attirait pas, car il se entait depuis tout jeune attiré par les choses d'en haut. À l'âge de 19 ans Prokhore s'en va vers Sarov et franchit les portes du monastère de cette ville. Il s'y installecomme novice et commence son chemin de vie monastique. À 27 ans il prononce ses vœux, prend le nom de Séraphim et devient diacre. Quelques années plus tard, à l'âge de 34 ans le voilà ordonné prêtre. C'est seulement 16 ans jour par jour après son entrée au monastère, à l'âge de 35 ans, que Séraphim part vivre en ermite dans une forêt proche de 5 km du monastère, où il restera pendant 15 années.Dans cette vie cachée avec le Christ en Dieu, le père Séraphim se donne plus intensément à la prière, menant une vie de pauvreté et de combat spirituel. De retour au monastère par suite de l'ordre de son supérieur, après ces longues, fructueuses et aussi éprouvantes années de vie érémitique, le père de Sarov a sa santé affaiblie. Il obtiendra la permission de rester isolé dans une cellule dumonastère où il continuera de mener une vie de prière intense et instante.
Depuis le temps de son ermitage, Séraphim était devenu connu d'une foule chaque fois plus nombreuse à cause des événements qui ont gagné de la notoriété. Les gens voulaient lui voir, lui parler, lui demander sa prière car il lisait dans les cœurs et sa prière était entendue par Dieu, produisant des fruits aussi visiblesqu'extraordinaires. Séraphim bénissait les uns, orientait les autres, priait pour tous. Il était un instrument par lequel Dieu réalisait des miracles guérissant l'un, délivrant l'autre de la mort, etc. Il était devenu le « staretz », c'est-à-dire, un conseiller spirituel, un ancien. Il recevait chacun et chacune avec son affectueuse salutation « O ma joie ! » toujours suivie de son complément « Christ estressuscité ! ».
Séraphim avait une spéciale dévotion pour la Mère de Dieu qu'il appelait « la joie des joies », devant qui il faisait bruler en guise de prière des cierges qu'on lui apportait de tous les côtés de la Russie. C'est devant l'icône de la Vierge de tendresse, agenouillé, ayant l'évangile devant lui, qu'il est retrouvé mort.
Il y aurait beaucoup plus à raconter sur sa vie[2], maispour terminer cette introduction tournons nous vers le célèbre entretien avec le jeune Nicolas Motovilov. Ce dernier n'avait que 22 ans quand le père Séraphim lui convoque à un rendez-vous qui se passerait en novembre 1831 dans une clairière de la forêt où se trouvait l'ermitage du staretz. Pour répondre à une question existentielle de Motovilov, laquelle avait été révélée par Dieu au père Séraphimavant même que le jeune ait l'occasion de la formuler verbalement, le staretz lui dit que la réponse à sa question, à savoir « quel était le but de la vie chrétienne ? », serait l'acquisition de l'Esprit Saint. Il s'en suit dans leur conversation tout un enseignement par rapport au sens de ce but.

L'acquisition du Saint Esprit comme but de la vie chrétienne
Séraphim confie à Nicolas...
tracking img