L'action chez hegel

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2424 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L'action selon Hegel

~ * ~

I/ paragraphe 115 :

Un rappel de ce que Hegel appelle l' »acte » (à distinguer avec l'action !). Agir = modification de la réalité ou d'un «état de chose donné.
Cet état de chose se présente pour l'agent comme différent, autre à ce que l'agent attend ou vise. L'action consiste à donner à un état de chose différent de soi, la forme même du soi.. L'action =se retrouver dans une réalité au départ différente de soi. L'état de chose ne se présente pas comme quelque chose de monolithique, simple (quelque chose qui n'abrite pas de composition). L'état de chose est complexe. Complexe = composé. IL n'y a pas QU'UN seul élément dans l'état de chose, mais un nombre indéfini <=> réalité se présente toujours pour nous au départ comme une forme concrète,une totalité de déterminations des choses liées les unes aux autres mais on ne sait pas comment. Si je prends un verre, je peux isoler sa transparence, le verre... L'état de chose = un composé, un concret. Mais c'est aussi un complexe (composé =/= complexe) pluralité des déterminations, chacune étant affectées par une logique propre mais en interférence avec les autres détermination elles mêmesaffectées par leur logiques propres. Un complexe est un composé mais un composé dont chaque élément est habité par une logique propre en relation avec la logique des autres déterminations. Un rouage habité d'un mouvement « propre » mais dépend d'autres. Le problème du complexe : séparer ce qui à la base n'existe pas de manière isolée. L'état de chose = complexe.
Lorsqu'on réfléchit surl'Histoire, on réfléchit au devenir ou à une époque. On va essayer de savoir comment on passe d'une époque à une autre. Etat de chose = différence entre la photo et le film. Un état de chose n'est pas forcément passif et arrêté. Peut abriter un dynamisme. Ce qui est arrêté n'est pas objectivement arrêté. Il se peut que l'immobilité que nouqs voyons à l'état de chose, soit celle que nous projetons (unephoto d'un footballeurs, par la photographie nous restituons le mouvement par l'immobilité). Raisonnement Bergsonnien : l'intelligence est à l'aise dans le statique. Dans le complxe mal à l'aise car c'esrt un composé du mouvement (les facteurs interagissent). Car après avoir isoler les facteurs, il faut les relier entre eux (le verre n'existe pas simplement en tant que composé du matériau verre).La soustraction : j'enlève quelque chose à un tout => opération de l'abstraction. L'inverse, c'est l'addition, la synthèse. La raison relie. L'entendement intervient et isole. La raison relie, cherche relations entres élément, retrouver le tout initial. Trajet : La totalité m'est donnée (totalité la plus totale : c'est tout le réel), mais ce qui m'est donné ce sont aussi des totalitéspartielles (une époque, une classe sociale...). Devant une totalité, la pensée isole, prend à part. La craie tombe, je dis « un corps tombe ». Notion de corps isolée.
Comment être certain que le tout de la représentation soit bien le reflet de la totalité de départ ? Comment être certain qu'il y a autant dans la pensée que dans le réel ? ==> difficulté de penser le réel ! Et difficulté de l'action :ressemble toujours à la théorie des dominos, j'opère ainsi, comment en engendre-t-il d'autres ailleurs ?
La réalité est faite d'une composition d'éléments ou si l'analyse s'aperçoit comme un moment qu'il n'existe pas à proprement parler d'éléments simples. Quand on dit qu'un individu est un atome, in suppose qu'à l'état naturel il est indépendant de la nature et la Sté or dans la réalité iln'existe pas de tel individu. Il y a une illusion du simple, le simple est plutôt « le plus simple que ». Je prend une tasse. A hauteur de la tasse n'existe pas indépendamment de la tasse. Toute abstraction doit être faite dans la surveillance de soi. Descartes « commencer toujours par le simple » savoir si le simple existe, ou si le simple n'est pas toujours le corrélat d'un acte d'abstraction....
tracking img