L'adolescence

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2946 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’adolescence n’existe pas.

Paru dans la revue "Cultures en mouvement"

En ce temps-là j’étais en mon adolescence
J’avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà plus de
mon enfance
J’étais à seize mille lieues du lieu de ma naissance
J’étais à Moscou, dans le ville des mille et trois clochers et des
sept gares
Et je n’avais pas assez des sept gares et des mille et trois toursCar mon adolescence était alors si ardente et si folle
Que mon cœur, tour à tour, brûlait comme le temple d’Ephèse
Ou comme la Place Rouge de Moscou
Quand le soleil se couche

Et mes yeux éclairaient des voies anciennes

Et j’étais déjà si mauvais poète
Que je ne savais pas aller jusqu’au bout

Blaise Cendrars. La prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France, 1913.
Cendrars,qui ne porte pas encore ce nom, a 16 ans. Il s’ennuie ferme dans sa famille sise près du lac de Neuchâtel. Un soir plus agité que les autres, où son père lui reproche ses dettes dans les bistrots et les librairies, il noue les draps de son lit et s’enfuit par la fenêtre.
Nous sommes en 1905. Il part en Russie. Là il apprend aussi bien l’écriture cunéiforme auprès d’un vieux moine, que la légendede Novgorod, ou encore le maniement des armes. Il rencontre un joaillier qui veut le marier de force à sa fille. Il s’enfuit à nouveau par le transsibérien.
Ce sont les premiers massacres de la pré-révolution. La mort rode. Il traverse la mort. Il ne reviendra pas. Celui qui prend le nom de Cendrars, - Blaise pour " braise ", Cendrars pour " cendres "- tiré des cendres encore fumantes de sonenfance, est né d’une rupture :
Foutez mon enfance par terre
Ma famille et mes habitudes
Mettez une gare à la place
Ou laissez un terrain vague
Qui dégage mon origine
(Au cœur du monde, 1917)

Moment de rupture, prise de risque, l’adolescence est bien ce moment singulier où un sujet qui jusque là s’est construit contre , et parfois tout contre, les totems et les tabous parentaux, va se fairevoir ailleurs. Jusque là les mises en scène dignes d’Œdipe lui ont donné une place intra-familiale. Mais dans une redistribution momentanée des cartes , il va jouer sa partie dans le monde.

L’invention de l’adolescence.

L’idée d’adolescence est une invention moderne. Si l’on en trouve trace dans l’histoire, c’est surtout pour rendre compte de ce temps particulier où un sujet saute, comme dansun vide, de l’univers familial à l’univers social. Adolescens (qui est en train de grandir), par exemple au Moyen-âge, comme nous le montre Philippe Ariès, est une dénomination commode, qui obéit à la loi de rythmes imposés aux âges de la vie. (L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Plon, 1960) La vie des hommes s’écoule sur 12 cycles de 7 ans. L’Adolescencia est ce temps contenuthéoriquement entre 14 et 21 ans. Sans plus. Ensuite les points de repère de cette période sont on ne peut plus flous. En effet deux pierres de touche bornent de tout temps le période adolescente : la nubilité, autrement dit l’âge de se marier, et l’âge de la mise au travail. Temps de la reproduction et de la production assignent le temps de l’adolescence. Inutile de dire que selon les moments del’histoire, en fonction des besoins en enfants et en travailleurs, ces deux bornes sont soumises à fluctuation. Le temps dit de l’adolescence est plus ou moins élastique. De 12 ans au Moyen-âge, à 33 ans chez ce moine du XIV, qui note en marge de son travail de copiste : " J’étais adolescent, j’avais 33 ans… ". Alors quel âge, les adolescents ? On est bien en peine de répondre. Aujourd’hui, en ces tempstroublés où la machine capitaliste tente de se débarrasser de la force de travail des hommes au profit des machines, cette période s’étend jusqu’à 27/28 ans. Et pour le travail et pour le mariage. On a donc bien à faire avec le concept d’adolescence à un concept flou et mou. Tel qu’on le connaît , tel qu’il déforme aussi nos visions des jeunes êtres que sont nos enfants, ce concept est né au...
tracking img