L'affaire dreyfus et la nouvelle conception de l'esprit républicain

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (466 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche 4
L’Affaire Dreyfus et la nouvelle conception de « l’esprit républicain »
Etre républicain au début du XXème c’est être partisans inconditionnel du régime mais aussi défenseur de sesinstitutions telles qu’on les pratiques depuis le 16 mai et être un adversaire du pouvoir personnel qu’il soit d’essence monarchique ou plébiscitaire.
Affaire Dreyfus : c’est en 1898 que lacondamnation pour espionnage du capitaine Alfred Dreyfus de 1894 apparaît comme une erreur judiciaire et débouche sur une grave crise politique, opposant violemment les Français et coupant en deux la famillerépublicaine. D’un côté : partisans de la révision du procès (surtout à gauche = socialistes et radicaux se rassemblent autour de La Ligue des Droits de l’Homme) qui défendent les droits de l’individu aunom de la vérité et de la justice contre le tenants de la raison d’Etat. De l’autre côté : adversaires traditionnels de la République (monarchistes et catholiques font bloc avec les républicains dedroite et les nationalistes font bloc pour la non révision du procès prétextant une insulte à l’armée). Le culte de l’armée, l’autorité de la chose jugée, le respect des valeurs et de la traditionnationale inspire cette droite antidreyfusarde représentée par la Ligue des Patriotes crée en 1882. L’élection en 1899, à la présidence de la République, du modéré prudemment révisionniste Emile Loubet àla place de Félix Faure (également modéré mais fortement antirévisionniste) puis la formation du Gouvernement de défense républicaine de Waldeck-Rousseau, appuyé sur le Bloc des gauches rassemblantl’ensemble des dreyfusards, socialistes, radicaux, modérés révisionnistes, assure la victoire du camp dreyfusard qui conduit dès lors contre les adversaires de la révision, nationalistes, catholiques etmilitaires une politique vigoureuse « d’action républicaine ». A partir de là, le camp dreyfusard s’identifie à la République et en exclut ses adversaires, fussent-ils partisans du régime
A...
tracking img