L'affaire probo koala

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 41 (10125 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Affaire du Probo Koala

1

Affaire du Probo Koala
L'affaire du Probo Koala est une catastrophe environnementale survenue en Côte d'Ivoire en septembre 2006 qui a provoqué la mort de 10 personnes, 69 hospitalisés, 7000 intoxiqués. Elle tire son nom du navire pétrolier qui a acheminé les déchets en Côte d'Ivoire en août 2006. Le Probo Koala, dont l'équipage est russe, est un navire pétrolierimmatriculé au Panama, appartenant à une compagnie grecque et affrété par la société hollandaise et suisse Trafigura. En août 2006, ce navire vraquier polyvalent a déchargé au port d'Abidjan 581 tonnes de déchets toxiques (un mélange de pétrole, sulfure d'hydrogène, phénols, soude caustique et de composés organiques sulfurés). Ces derniers, répandus à terre en zone de décharge et sans doutesmélangés à de l'acide, entraînèrent la mort de 10 personnes et l'intoxication de 6000 autres.

Le parcours du Probo-Koala
BROWNSVILLE (Texas) 11 avril - 18 juin 2006
Trois cargaisons d'environ 28000 T de coke de pétrole (coker naphta) ont été chargées à Brownsville, Texas sur le M/T SEAPURHA (20 mars 2006), le M/T MOSELLE (25 avril 2006) et le M/T SEAVINHA (1er juin 2006). Ces trois navires ont par lasuite transféré leur cargaison sur le M/T PROBO KOALA (respectivement les 11 avril, 19 mai et 18 juin). (source : Rapport MINTON)

Amsterdam (Pays-Bas) 2-5 juillet 2006
Le 2 juillet 2006, après une traversée transatlantique, le Probo Koala accoste au quai d'Afrique du port d'Amsterdam, aux Pays-Bas. Il a auparavant déchargé une cargaison d'hydrocarbures à Algeciras, en Espagne. La citerne àdéchets étant pleine, Trafigura cherche à s'en défaire auprès de la société spécialisée Amsterdam Port Services (APS). Ces déchets seraient des slops, des résidus de fond de citerne. Plus de 500 m3 (500000 L) de résidus d'hydrocarbures et divers composants Les quais industriels d'Amsterdam, Pays-Bas. chimiques sont déchargés sur une barge amarrée à couple du Probo Koala. Une puanteur inhabituelle serépand, probablement due à la forte odeur d'œufs pourris du sulfure d'hydrogène (H2S). La police des services d'environnement de la ville et les autorités portuaires interviennent. Trafigura, l'affréteur du navire, est tenu de faire retraiter les résidus par une entreprise de retraitement agréée et internationalement reconnue, le retraiteur Amsterdam Port Services (APS). Le retraiteur, la sociétéAPS remarque, lors de tests en laboratoire, que les substances ne correspondent pas aux informations données par le donneur d’ordre. Selon le directeur d’APS, il s'ensuit une négociation sur le prix qui n’a pas abouti. Les discussions durent deux jours. Trafigura refuse la décontamination, jugée trop longue et trop coûteuse : APS demande 1000 euros par m3 puis 750 euros par m3. À cela s'ajoutentune journée d'immobilisation supplémentaire au port, soit un coût de 35000 dollars, et une journée de location du navire, soit un coût de 250000 dollars. À Londres, Paul Duncan, directeur de la logistique de Trafigura, décide de recharger les déchets sur le Probo-Koala, ce qui, selon APS, ne s'est jamais produit auparavant.

Affaire du Probo Koala Les résidus, qui avaient entre-temps ététransbordés sur une barge, sont rechargés sur le Probo Koala. L’opération ayant dégagé une forte puanteur du fait de la présence de fortes quantités de sulfure d'hydrogène (H2S), le Ministère public de La Haye a fait ouvrir une enquête sur d’éventuelles transgressions des règles environnementales. Les services de l'environnement d'Amsterdam ont tenté de faire immobiliser le navire mais se sont heurtés àl'administration nationale. APS et les services chargés de l'inspection des navires laissent le tanker faire route vers l'Estonie, puis le Nigeria et la Côte d'Ivoire. Ils gardent 16 tonnes de déchets aux fins d'analyses et de garantie. La seule injonction faite est de décharger les déchets au port suivant, sans s'assurer que celui-ci possède les installations ad hoc. La justice néerlandaise...
tracking img