L'affiche rouge 1871

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1690 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
V.M.E.C.V.MM.Q.D.L.O.E.V.T.M.FF.E.V.G.E.Q…

Un peu d’histoire en ce début d’année afin d’offrir une perspective à l’année écoulée et à celle qui s’annonce.

Le 5 janvier 1871, la France est en guerre, les prussiens assiègent Paris.
Emile Leverdays, Gustave Tridon, Edouard Vaillant et le frère Jules Vallès, à la demande de la délégation des vingt arrondissements rédigent « l’affiche rouge ».C'est un manifeste extrêmement critique à l’égard du Gouvernement de la Défense nationale présidé par le général TROCHU et auquel appartiennent les frères Gambetta et Ferry.

Il est principalement reproché à ce gouvernement, son incapacité à se charger de la protection de la nation, du fait de sa lenteur, de son indécision qui a conduit les prussiens aux portes de Paris.
Il fautreconnaitre, car je dois être juste, qu’ils ont hérités d’une situation difficile, la république ayant été proclamée à la suite de la défaite de Napoléon III à Sedan le 2 septembre 1870.

Néanmoins, il est vrai qu’en ce mois de janvier le Gouvernement de la Défense nationale porte bien mal son nom, lui qui négocie déjà certainement la capitulation, alors même que la Nation est toute prête à résister et sebattre, alors même que des villes comme Belfort résistent depuis 3 mois déjà.

Belfort résistera près d’un mois encore après la signature de la capitulation du 28 janvier 1871, capitulation désigné par ce doux euphémisme d’armistice et résisterait peut être encore si le Colonel Denfert Rochereau n’avait pas reçu l’ordre de rendre les armes, armes qu’il conservera d’ailleurs.
Mais je m’égare etne raconte cette anecdote que parce que je suis belfortain je dois l’avouer.

Il est également reproché à ce gouvernement son manque de prévoyance et de protection des plus démunis, son incapacité à comprendre que, je cite :
«Dans une ville assiégée, tout ce qui soutient la lutte pour sauver la patrie possède un droit égal à recevoir d’elle la subsistance ; ils n’ont rien su prévoir : là oùpouvait exister l’abondance, ils ont fait la misère ; on meurt de froid, déjà presque de faim : les femmes souffrent, les enfants languissent et succombent. »
Il a en outre répondu aux critiques de l’opinion par la menace, déclarant qu’il maintiendrait L’ORDRE(en capital dans le texte) à l’instar de Bonaparte avant Sedan, laissant en place les Bonapartistes et emprisonnant les Républicains.Je passerai sous silence l’incompétence notoire du commandement militaire car mon propos n’est pas là.
 
Et le manifeste de demander la démission de ce gouvernement inconséquent et inique en en appelant au reste de conscience patriotique qu’il peut encore avoir, concluant par ces mots :
Place au peuple !
Place à la commune !

Il est vrai qu’en ces temps de révolution industrielle, laquestion sociale n’était encore qu’une drôle d’idée et le capitalisme encore bien sauvage, je vous renverrai à la lecture de Zola.
C’était l’époque des semainiers, des travailleurs pauvres incapables de vivre du fruit de leur labeur.
La mixité sociale avait presque disparue de la capitale, les classes populaires étant concentrées à l’est de paris
Les ouvriers y sont nombreux, 442 000 sur 1,8millions, ainsi que les artisans, 70000 et des petits commerçants dont la situation sociale est proche de celle des ouvriers.

L’on ne parlait pas de précarité encore, tellement elle allait de soi mais de misère et notre frère Valles d’écrire :
« J'ai toujours été l'avocat des pauvres, je deviens le candidat du travail, je serai le député de la misère ! La misère ! Tant qu'il y aura un soldat, unbourreau, un prêtre, un gabelou, un rat-de-cave, un sergent de ville cru sur serment, un fonctionnaire irresponsable, un magistrat inamovible ; tant qu'il y aura tout cela à payer, peuple, tu seras misérable ! »

Au final, cette affiche n’aura aucun effet sinon de rendre le gouvernement encore plus sourd à la détresse populaire et, faisant preuve de réactivité pour une fois, il réprimera par la...
tracking img