L'afrique et le developpement

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2337 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Accueil Shopping Sports Business News Annonces Cuisine Nécrologie Publicité
NEWS





Titrologie


Achetez Notre Voie en version numerique
Voir toute la Titrologie

Dernières dépêches

CôteIvoire-USA-diplomatie: Un proche du président ivoirien empêché de se rendre aux Etats-Unis - AFP - 7/8/2010

Cinquantenaire de la Côte d`Ivoire: Gbagbo promet lesélections pour 2010 - AFP - 6/8/2010

Côte d`Ivoire: Paris “prend note“ et “salue“ l`annonce de la présidentielle - AFP - 6/8/2010

Élection ivoirienne: le 31 octobre, “date limite“ - AFP - 5/8/2010

Côte d`Ivoire: élection présidentielle fixée au 31 octobre 2010 - AFP - 5/8/2010


POLITIQUE
Colloque international et pluridisciplinaire sur le cinquantenaire de l’indépendance -LaRefondation propose un nouveau modèle économique
Publié le jeudi 5 août 2010 | Notre Voie

Vos outils


IMPRIMER


REAGISSEZ

PARTAGEZ






Videos



Colloque du Cinquantenaire de la Côte d’Ivoire à Yamoussoukro : Exposition des artisans ivoiriens à la Fondation FHB
- RTI - 3/8/2010
Dossier


Cinquantenaire de la Côte d`ivoire

Le nouveau modèleéconomique proposé par la Refondation a fait l’unanimité, mardi dernier, au colloque international et pluridisciplinaire qui se tient à Yamoussoukro. Le colloque international et pluridisciplinaire sur “l’indépendance et ses perspectives en Afrique subsaharienne”, qui se déroule à la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche et la paix, à Yamoussoukro, n’a pas fini de livrer ses secrets. Mardidernier, invité à exposer sur l’économie de la Côte d’Ivoire de 1960 à 2010, Kouassy Oussou, le directeur général de l’Economie, a présenté le nouveau modèle économique qui est en train de redonner vie à la Côte d’Ivoire. Ce modèle économique que propose la Refondation est baptisé “philosophie de l’orphelin”. Ici, dira-t-il, l’Etat bâtit son budget en comptant essentiellement sur ses ressourcespropres pour favoriser les conditions d’une relance soutenue de l’activité économique en Côte d’Ivoire. “Dès 2001, le gouvernement s’est résolu pour l’essentiel à stabiliser les finances publiques, à mettre en œuvre les réformes structurelles urgentes dans les secteurs clés, à appliquer des mesures de bonne gouvernance et à restaurer les relations financières normales avec l’ensemble des partenaires, envue de favoriser les conditions d’une relance soutenue de l’activité économique”, soutient le directeur général de l’Economie. Qui explique qu’avec la Refondation, les Ivoiriens ont appris à compter sur eux-mêmes, sur les richesses propres de leur pays. “C’est le sens du budget sécurisé qui a été élaboré en 2001. Ce budget était fondé sur les ressources propres et certaines. Seules les dépensesprioritaires inscrites au budget étaient exécutées”, précise-t-il. Les résultats, en termes de recettes, ne se sont pas fait attendre. “ A partir de 2001, grâce aux réformes entreprises dans des secteurs clés de notre économie et aux mesures d’assainissement des finances publiques, les ressources ont commencé à augmenter et on a enregistré d’importantes plus-values. Les recettes fiscales (Directiongénérale des Impôts) qui dépassaient à peine les 450 milliards de FCFA ont plus que doublé aujourd’hui et se situent à plus de 900 milliards de FCFA. Quant aux recettes douanières, elles étaient à peu près de 500 milliards FCFA en 2000 ; elles se situent à plus de 900 milliards de FCFA en 2009”. Il soutient que ces performances des régies ont permis de développer les bases des ressources parcequ’on était convaincu que c’est cela qui pouvait permettre de financer les programmes et les réformes sociales. “Pendant toute la période, les ressources propres ont représenté en moyenne plus de 92% de l’ensemble des ressources de l’Etat”, indique-t-il. Il souligne, en effet, que jusqu’en 2000, toutes les régies financières, à savoir la douane, les Impôts et le Trésor n’enregistraient que des...
tracking img